Faits Divers

Tentative de suicide d’un collégien : une mauvaise note et des moqueries mises en cause

ssrn

L’élève de 17 ans, qui s’est jeté du deuxième étage de son collège à Piton, le mercredi après-midi 8 mai, aurait été injustement accusé d’avoir triché lors d’un contrôle de mathématiques. C’est du moins ce qu’affirme le père de l’adolescent, un habitant de Petit Raffray, dans une déposition consignée à la police.

Face aux enquêteurs, le père explique avoir reçu un appel téléphonique de son fils vers 13h22, le même jour. L’étudiant en grade 11 a confié à son père qu’il n’a obtenu que 10 points sur 20 lors d’un contrôle de mathématiques. Il lui a raconté que son enseignant l’aurait pénalisé de cinq points, car il a été soupçonné d’avoir triché. C’est alors que ces camarades de classe se sont moqués de lui. Cependant, l’un de ses amis a expliqué que les élèves n’avaient pas encore reçu leurs notes du contrôle de mathématiques.

Vers 14h05, le collégien a demandé à son enseignante la permission d’aller aux toilettes. Comme il s’éternisait, son absence s’est fait remarquer. C’est alors que l’enseignante a reçu un appel l’informant que l’élève s’est jeté du deuxième étage. Selon l’un de ses amis, l’adolescent a bon caractère.

Face aux enquêteurs, le père ajoute que son fils éprouvait des difficultés à se concentrer dans ses études, car il avait de fréquents maux de tête. L’adolescent voulait opter pour de nouvelles matières et abandonner la filière scientifique.

Du côté du ministère de l’Éducation, Deenesh Seeharry, l’attaché de presse, affirme qu’une enquête policière et une enquête interne ont été initiées. « Une cellule psychologique, composée d’officiers de la Zone Directorate et de psychologues, a été mise en place au collège pour les élèves et l’adolescent de 17 ans. Notre principal souci, c’est l’encadrement de cet enfant, ainsi que des autres élèves qui ont été touchés par ce drame »

Sollicités pour une déclaration, le collège et les proches de l’étudiant en question se sont abstenus de tout commentaire. Grièvement blessé après sa tentative de suicide, l’adolescent est admis à l’hôpital SSRN du Nord.


Emilie Duval, Docteure en psychologie clinique : «Ce jeune qui s’est jeté du 2e étage de son collège n’a pas voulu mettre fin à sa vie, mais plutôt fin à sa souffrance»

emilieLe suicide ou la tentative de suicide est multifactoriel, notamment, biologique, social, familial, personnel et d’ordre psychologique, explique Emilie Duval, docteure en psychologie clinique. « Un tiers des personnes qui ont tenté de se suicider, récidive durant l’année qui suit. Il faut impérativement que cette personne bénéficie d’un suivi psychologique à long terme. Je ne mets pas en doute l’efficacité du ministère, mais trois ou quatre sessions ne suffiront pas », explique-t-elle.

La psychologue tire la sonnette d’alarme sur le phénomène de contagion. « Quand il y a un suicide ou une tentative de suicide dans une école, durant les trois semaines qui suivent, il risque d’avoir d’autres tentatives. C’est scientifiquement prouvé », souligne-telle.

Emilie Duval explique qu’elle travaille sur des programmes de postvention qui portent sur les personnes et les familles qui ont subi une perte et ont besoin de soutien dans leur guérison. Selon elle, le gouvernement devrait le mettre en place dans chaque établissement scolaire.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !