Monde

Téhéran menace Washington de «graves conséquences» si l’Iran est attaqué

Après que des frappes américaines de représailles ont été annulées à la dernière minute contre l'Iran vendredi, l'armée la République islamique d'Iran répond et avertit les Etats-Unis en cas de possibles attaques sur son sol.
 

L'Iran a rappelé sur un ton guerrier ce samedi, 22 juin, que des attaques US auraient de «graves conséquences» pour les intérêts américains dans la région, après que le président américain Donald Trump ait fait machine arrière au dernier moment, dix minutes avant les frappes commanditées sur trois sites différents.

«Tirer une balle en direction de l'Iran mettra le feu aux intérêts de l'Amérique et de ses alliés» dans la région, a affirmé le général de brigade Abolfazl Shekarchi, porte-parole de l'état-major conjoint des forces armées iraniennes.
 

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi avoir renoncé à frapper militairement l'Iran «pour éviter un lourd bilan humain», tout en continuant à maintenir la pression contre le régime de Téhéran qui avait détruit la veille un drone US.

Le général Shekarchi a rappelé de son côté que «si l'ennemi (...) fait l'erreur» de mener des attaques, «l'Amérique, ses intérêts et ceux de ses alliés seront consumés par (le) feu» qu'il aura contribué à attiser.
 

La destruction jeudi d'un drone de l'US Navy par l'Iran a drainé dans son sillage une nouvelle montée de tension entre les deux pays. L'Iran soutient avoir des «preuves irréfutables» pour prouver que le drone américain abattu avait pénétré illégalement dans son espace aérien et a écrit au secrétaire général et au Conseil de sécurité de l'ONU pour dénoncer une action de la part des Etats-Unis jugée «provocatrice et très dangereuse». Washington refuse cette version des faits, soutenant que le drone a été visé et touché dans l'espace aérien international.

Les Etats-Unis ont réclamé qu’une réunion à huis clos sur le sujet se tienne lundi au Conseil de sécurité de l'ONU.
 

Les relations tendues entre Washington et Téhéran continuent à monter crescendo depuis le retrait américain en mai 2018 de l'accord international touchant le nucléaire iranien et après le rétablissement de lourdes sanctions américaines contre le régime de Téhéran, et qui prive l’Iran de la manne financière qu'il découlait de ce pacte.











 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !