Economie

Taux d’absentéisme en fin d’année et début janvier : «Business as usual» dans certains secteurs, ralentissement dans d’autres

Selon nos interlocuteurs, les congés planifiés n’ont pas d’impact sur le fonctionnement des activités.

À quelques jours du Nouvel An et jusqu’à la première semaine de janvier 2019, les employés de la fonction publique ou des entreprises privées sont nombreux à se prévaloir de leurs jours de congé. Quel en est l’impact sur les activités ? Comment s'organisent les employeurs ? Le point.

Kevin Ramkaloan, CEO de Business Mauritius, soutient qu’en période de fin d’année,  les salariés sont nombreux à profiter de leurs jours de congé pour passer des moments en famille ou encore partir à l’étranger.  
« Ce sont des congés planifiés, plus connus comme « Local Leave » et « Vacation Leave ». Ces employés ont déjà discuté avec leurs patrons concernant ces congés. Ainsi, ces derniers s’organisent pour que le travail ne soit pas pénalisé », explique notre interlocuteur.  Selon lui, ces absences n’entravent pas le fonctionnement de l’entreprise.

Lilowtee Rajmun, directrice de la Mauritius Export Association (MEXA) abonde dans le même sens. « Dans le secteur de l’exportation, les compagnies ferment normalement leurs portes à partir du 28 décembre et reprennent à partir du 7 janvier. Ainsi, les employés ont déjà assez de jours de congé pour profiter de la période de festivités », dit-elle. Cette pause, poursuit-elle, a certes un impact sur la production. « Mais, c’est déjà planifié et les employeurs ont pris des dispositions pour que les commandes soient livrées dans les délais », avance la directrice.

Secteur bancaire et hôtellerie

Le CEO de Business Mauritius  fait, toutefois, ressortir que le taux d’absentéisme élevé dans certains secteurs, en période des fêtes peut avoir un impact sur les opérations. « C’est le cas dans le secteur bancaire et l’hôtellerie.  S’il y a des absents, cela  peut causer un ralentissement ou affecter le fonctionnement », explique-t-il. C’est ce qu’on laisse entendre parmi les hôteliers. « La fin d’année et le début de janvier sont la saison de pointe dans l’hôtellerie. Un taux d’absentéisme élevé aura certainement un impact négatif sur les activités », disent-ils.

La situation dans la fonction publique
Le président de la Government Services Employees Association, Radhakrishna Sadien, soutient que dans la fonction publique, un exercice de planification se fait au moins 12 mois en avant. « La fin d’année coïncide également avec les vacances scolaires. Ainsi, de nombreux fonctionnaires font la demande pour des ‘Vacation leaves’. Dans ces cas, des remplacements sont déjà prévus par les ministères, pour qu’il n’y ait pas de perturbation », dit-il.  Toutefois, dans le secteur de la santé et la défense, des absences impacteront sur les services.