Actualités

Tara Knitwear et Rossana Textiles : 140 employés se pointent au ministère du Travail à cause d’un malentendu

Des employés bangladais devant l’usine Tara Knitwear.

140 employés bangladais de Tara Knitwear et de Rossana Textiles se sont massés devant les locaux du ministère du Travail dans la matinée du jeudi 5 décembre. C’est parce qu’ils n’avaient obtenu que la moitié de leurs salaires pour le mois de novembre. 

Selon leur négociateur syndical qui n’avait prévu aucune réunion au ministère dans l’immédiat, « cette situation découle d’un malentendu de la part de la direction des usines. La direction avait l’habitude de finaliser les comptes chaque quinzaine. Elle n’a pas averti les liquidateurs de ce fait. Nous étions déjà au courant que le salaire du mois de novembre allait été versé en deux tranches », explique le syndicaliste Faizal Ally Beegun.

C’est la même version au niveau du ministère du Travail. Les techniciens ont dû prendre contact avec le syndicaliste pour décanter la situation. « Une centaine d’employés étrangers des deux usines se sont mobilisés devant les locaux du ministère du Travail. Ils ont manifesté leur inquiétude contre le fait de n’avoir perçu que la moitié de leur salaire pour le mois de novembre. Nous avons dû expliquer que les comptes des deux usines “sont fermés” le 15e de chaque mois et qu’ils obtiendront bientôt leur salaire dans sa totalité », explique une source au ministère du Travail.

Il ajoute que des dispositions avaient déjà été enclenchées sur une base humanitaire pour payer les employés dans les plus brefs délais. Ainsi les 550 employés des deux usines recevront la totalité de leur salaire ce vendredi 6 décembre. 

Il y aura une réunion entre les différentes parties concernées (liquidateurs, représentant syndical et techniciens du ministère) le 12 décembre pour le calcul du boni de fin d’année et le modus operandi relatif au paiement. Ce rendez-vous devrait, selon toute vraisemblance, déboucher sur le paiement du boni de fin d’année le 16 du même mois. Et une date pour le paiement du salaire pour le mois de décembre sera fixée.

L’exercice au niveau du ministère, comporte une troisième étape. Celle du paiement d’une compensation aux travailleurs mauriciens basée uniquement sur les années de service. Tous les employés mauriciens seront recensés et inscrits au Workfare Programme. Le gouvernement verra aussi à ce que des actions soient prises pour soulager ces employés mauriciens.

Toutefois, le syndicaliste Faizal Ally Beegun déplore que la clause du nouveau projet de loi sur le paiement d’une compensation de Rs 50 000 aux travailleurs n’ait pas été mentionnée. « Ziska ler pann tann nanien lor la. Pourtan la lwa inn fini vote. Inn ariv ler mo krwar ki governman azir ek met sa pli rapidman possib. »

Il condamne aussi le fait que les employés des usines ou compagnies en receivership ou en liquidation ne soient pas la priorité selon la loi actuelle. « Travayer li onziem dan la liss priorite kan ena ranboursman. Inn ariv ler pou ki zot vinn an premie pozisyon », dit le syndicaliste. 

Tara Knitwear et Rosana Textiles, situées respectivement à Plaine-Lauzun et Nouvelle-France, ont été placées en liquidation le 15 novembre.

La majorité des 300 employés étrangers redéployés

Il nous revient que la grande majorité des employés étrangers ont déjà reçu des offres pour leur redéploiement dans d’autres usines textiles. Sauf qu’ils n’ont aucune confiance dans les liquidateurs. « Ils ont peur de ne pas percevoir leur boni de fin d’année s’ils commencent à travailler dans une nouvelle entité », explique Faizal Ally Beegun. Sur les 300 employés bangladais, malgaches et chinois, environ 60 ont déjà décidé de rentrer dans leurs pays.

La principale préoccupation à présent reste le sort des employés mauriciens, les entreprises textiles à Maurice ne sont pas trop emballées à donner de l’emploi à des Mauriciens qui ont pourtant de longues années d’expérience, selon Faizal Ally Beegun. C’est pour cette raison que nous allons suivre de très près la situation, le minimum est qu’ils soient correctement compensés, ajoute le syndicaliste.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !