Actualités

Table ronde autour de la richesse des textes de Kaya

Kaya La table ronde a été un moment fort.

À l’occasion de la journée mondiale de la langue créole célébrée le jeudi 21 février et pour marquer les 20 ans de la mort de Kaya, la Creol Speaking Union a organisé une table ronde à la salle du conseil municipal de Port-Louis autour du thème « La richesse des textes de Kaya ». Les paroles des chansons du chanteur ont été décortiquées par un panel d’intervenants composé de Berty Fok, Bruno Raya, Emmanuel Richon et Marjorie Barbe-Munien. Yanick Bosquet et Christina Chan-Meetoo ont,  eux, agi comme modérateurs.

« Je retiens de Kaya un amoureux de la langue créole qui était la base de son univers et de sa musique. Il est un exemple de réussite alors que tout le temps la langue créole a été associée à l’échec », a fait ressortir Emmanuel Richon. Celui-ci a indiqué, lors de la table ronde, qu’à travers ses écrits, Kaya a contribué à sauvegarder et à véhiculer le patrimoine.

La graphie créole n’existait pas à l’époque de Kaya qui sans le savoir a jeté les bases pour le début d’une littérature mauricienne, apportant dans la foulée une dimension populaire à la langue. À partir de cette réflexion, Bruno Raya a eu ce message pour les jeunes.

« Ce sont des paroles remplies de mauricianisme qui auraient pu être écrites hier ».

Des extraits des textes en manuscrit de l’illustre disparu ont été décortiqués par Marjorie Barbe-Munien. C’est pour aider à comprendre comment le reggae s’est transformé en seggae dans la tête du chanteur. Une réflexion qui a mis en évidence l’intellectuel qui était Kaya.

« Cette table ronde était un moment fort. Nous avons pris connaissance, à travers ses manuscrits, qu’à la base, la chanson ‘Sime Lalimier’ était intitulé ‘Sime Lamiser’ par Kaya », explique Béatrice Antonio-Françoise, lecturer.

La femme du chanteur, Véronique Topize, a également pris la parole en présentant Kaya comme un rassembleur.