Live News

Tabassé par trois hommes - Krishna, 25 ans : «Zot inn donn mwa kout marto ek sab» 

Il raconte avoir ensuite reçu un coup de marteau au visage puis un coup d’un autre objet pointu à l’abdomen.

Krishna, 25 ans, aurait pu y laisser la vie. L’habitant de Floréal a été passé à tabac par trois présumés voleurs dans la journée du samedi 20 novembre 2021 à Cité L’Oiseau. « Zot inn pil mo latet lor koltar apre zot inn donn mwa kou marto ek sab », se souvient le jeune homme, traumatisé. Il dit avoir été contraint de les laisser repartir avec ses effets personnels, dont un sac qui contenait environ Rs 1 500. 

La Criminal Investigation Division de Floréal et les hommes du sergent Gopychand du Field Intelligence Office sont remontés jusqu’aux suspects grâce aux enregistrements des caméras CCTV. Durant la semaine, ils en ont arrêté deux. Il s’agit de Benito Monvoisin, 29 ans et de Thierry Henry, 23 ans, deux habitants de Cité L’Oiseau. Leur complice, un dénommé Thierry R., est recherché. 

Krishna a certes quitté l’hôpital, mais il est encore sous le choc. Les blessures qu’il porte sont là pour lui rappeler cette journée cauchemardesque. Le jeune homme, qui a été chauffeur de camion de livraison pendant plusieurs années, a perdu son emploi après le confinement de 2020. Il vit chez ses parents à Cité L’Oiseau. 

Le samedi en question, il marchait tranquillement quand il a entendu quelqu’un l’interpeller. « Mo pann pran kont. Lerla mo trouv zot koumans galoupe ek pe rod vinn derier mwa. Monn fini santi danze », raconte Krishna. 

Il regrette de ne pas avoir eu tout de suite le réflexe de s’enfuir. Quand il s’est finalement mis à courir, ses agresseurs l’ont rattrapé avant de le projeter sur l’asphalte. « Donn tou seki ena », lui a lancé l’un des trois hommes. Les deux autres se sont précipités pour s’agenouiller sur le dos de Krishna, l’immobilisant sur l’asphalte. Ses agresseurs étaient munis d’un sabre, d’un couteau et d’un marteau. 

« Monn sey reziste pou anpes zot kokin mo kas », se remémore Krishna. Ce qui a provoqué la colère d’un des trois hommes qui l’a alors saisi par les cheveux avant de lui cogner la tête sur l’asphalte à plusieurs reprises. Le jeune homme raconte avoir ensuite reçu un coup de marteau au visage puis un coup d’un autre objet pointu à l’abdomen.  

Mais il n’a pas été transpercé. Les trois hommes lui ont alors arraché son sac. Krishna dit avoir résisté vainement pour empêcher qu’on lui vole ses Rs 1 500 et la veste qu’il aimait bien porter. Ils l’ont de nouveau frappé. Blessé à l’œil et aux genoux, Krishna dit avoir reconnu deux de ses trois agresseurs. 

Il dit que l’un d’eux avait été impliqué dans une agression sanglante dans la localité. Benito Monvoisin, l’un des assaillants, avait été arrêté en janvier 2017 pour s’être attaqué à une commerçante de 57 ans. « Li ti koup vant madam la », indique Krishna qui se dit consient qu’il aurait pu y laisser la vie. 

Le père du jeune homme, commerçant de la localité, déplore les multiples vols avec violence perpétrés à Cité L’Oiseau. Il se dit chanceux que son fils soit encore en vie. Il déplore le fait que plusieurs lieux du quartier soient devenus des repaires pour drogués. 

« Zot groupe zot droge. Si ou pas laba, zot get ou traver », lâche une habitante qui dit craindre pour ses enfants qui sont au collège. « La lekol pe fer online li bon em. Sinon mo pa kapav les zot sorti dan sime », dit-elle. La plupart des victimes ciblées sont des personnes âgées et des jeunes. « Zot ras portfey ek bizou. Portab zot pa kokin pou pa retras zot », confie un commerçant. 

  • The news 218i Gran Coupé

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !