Live News

Tabagies, boutiques du coin, superettes… huit consommateurs sur 10 fréquentent les petits commerces 

Les consommateurs restent fidèles aux petits commerces de proximité. C’est ce qui ressort d’un sondage de Retail Scan Services. Les jeunes, les hommes, mais aussi les Portlouisiens sont plus nombreux à fréquenter ce type de commerces.   

Les hommes plus nombreux à fréquenter les petits commerces 

Fréquentez-vous les petits commerces de proximité (tabagies, boutiques du coin, supérettes…) ? À cette question, huit sondés sur dix (80,1 %) ont répondu par l’affirmative. Ce qui démontre que les petits commerces de proximité ont encore une place importante dans les habitudes d’achats des Mauriciens. Seuls 19,9 % des sondés déclarent ne pas les fréquenter. Autre constat de Retail Scan Services : les hommes ont un taux de fréquentation plus élevé que les femmes. 

Table

Les tabagies et autres boutiques du coin davantage prisés par les jeunes 

89,2 % des sondés, âgés de 18 ans et 19 ans, fréquentent ce type de commerce. En termes d’intensité de fréquentation, ce sont les jeunes de 20 ans à 29 ans qui déclarent les fréquenter le plus souvent. A contrario, 28,3 % des seniors sondés disent ne pas fréquenter les tabagies, boutiques du coin, entre autres.

Tranches d’âge 
Intervalle 18 ans à 19 ans 20 ans à 29 ans  30 ans à 39 ans  40 ans à 49 ans 50 ans à 59 ans  60 ans à monter
Parfois  54,1 % 36,9 % 44,4 % 41,9 % 40,8 % 26,7 %
Souvent  35,1 % 47,1 % 36,8 % 35,6 % 40,8 % 45%
Pas du tout 10,8 % 16% 18,8 % 22,5 % 18,4 % 28,3 %

Les commerces de proximité boudés par les cadres supérieurs 

Le constat est clair comme de l’eau de roche. Interrogés, les cadres supérieurs disent ne pas fréquenter les petits commerces de proximité. C’est le cas également de 33,7 % de cadres et de 27,9 % de seniors interrogés. 

  Cadres supérieurs  Cadres  Secrétariat, administration… Emploi qualifié Emploi non-qualifié Chômeurs/étudiants  Retraités 
Parfois  - 32,6 % 37,1 % 42,6 % 51,6 % 62,1 % 27,9 %
Souvent  - 33,7 % 41,5 % 44,3 % 38,4 % 27,6 % 44,2 %
Pas du tout 100% 33,7 % 21,5 % 13,1 % 10% 10,3 % 27,9 %

 


Les Portlouisiens adeptes des commerces de proximité 

C’est à Port-Louis qu’il y a la plus grande fréquentation de ce type de commerce. 
S’ensuivent les habitants du Sud, observe Retail Scan Services.

Table

1 000 personnes interrogées 

Dans le cadre de ce sondage effectué au mois d’août, Retail Scan Services a interrogé 1 000 personnes âgées de plus de 18 ans.


Santosh RamnauthSantosh Ramnauth, président de la Shop Owners Association « Les petits commerces continueront d’exister » 

D’après le dernier sondage de Retail Scan Services, huit consommateurs sondés sur dix fréquentent les petits commerces de proximité. Vos commentaires ? 
Malgré le fait que plusieurs supermarchés et autres grandes surfaces prolifèrent à travers l’île, les petits commerces de proximité continuent et continueront d’exister. C’est vrai que certains ont fermé leurs portes, mais ceux qui sont restés sont là pour durer. 

Qu’est-ce qui démarque les petits commerces de proximité des grandes surfaces et autres gros commerces ? 
Les consommateurs se tournent vers nous quand ils leur manquent un ou quelques produits. Ils ne vont pas aller dans une grande surface pour acheter qu’un seul ou deux produits. Par ailleurs, le fait que nous vendons des produits à l’unité jouent à notre avantage. Dans les supermarchés et les grandes surfaces, ils devront en acheter un sachet ou un paquet alors que dans les boutiques du coin ou les tabagies, ils peuvent en acheter à l’unité. Certains commerces vendent également à crédit, une autre particularité qu’on ne retrouve pas dans les gros commerces. 

Dans quelle mesure les petits commerces ont su s’adapter pour continuer à rester dans la course ? 
Certains commerces marchent très bien. Dans d’autres cas, il y a des opérateurs qui roulent leur commerce à temps partiel tout en faisant un autre job à côté. Quelques-uns ont aussi diversifié leurs activités en vendant parallèlement des légumes ou des snacks à titre d’exemple. C’est un fait que les affaires ne sont plus comme avant. Nous ne pouvons concurrencer avec les grands commerces. Soyons réalistes, nous ne pourrons jamais vendre aux prix qu’ils vendent. Toutefois, nous comptons beaucoup sur la vente de plusieurs produits spécifiques pour nous maintenir à flot. Par ailleurs, ce qui nous soulage ce que nous n’avons plus à payer les frais annuels pour les permis. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation