Législatives 2019

Syndicalisme et campagne électorale - Chan Low : «Les syndicats n’ont plus la même force de frappe»

Jocelyn Chan Low

Les syndicats n’ont plus la même force de frappe lors d’une élection générale. Il y a eu une séparation entre le syndicalisme et le monde politique depuis plusieurs décennies à l’exception de certains partis de gauche qui sont là, mais leur influence n’est pas déterminante, selon l’historien Jocelyn Chan Low.

Les syndicats ont joué un rôle important dans les années 40 à 50 avec le Parti Travailliste à travers Guy Rozemont et Emmanuel Anquetil et le Mouvement militant mauricien (MMM) dans les années 60 avec Paul Bérenger. Cela parce qu’il y avait des syndicalistes au sein de leur parti.

De ce fait, ils pouvaient mobiliser des travailleurs derrière eux. Le lien entre le monde syndical et celui de la politique était alors flou. C’est ce qu’explique l’historien et politologue Jocelyn Chan Low. Mais aujourd’hui il y a une séparation entre le monde syndical et le monde politique.
Notre interlocuteur ajoute que les syndicats qui ne sont pas liés à la politique peuvent quelques fois donner un mot d’ordre, mais il peut ne pas être respecté, alors que certains refusent de s’aventurer sur ce terrain. 

« Un mot d’ordre sera suivi quand il y a une relation forte entre le syndicat et la politique. Ce qui n’est pas le cas actuellement », dit-il. 

Mais cette influence peut ne pas avoir un grand impact compte tenu du faible pourcentage de travailleurs syndiqués dans le secteur privé. 

Ajouté à cela, il n’y a pas de solidarité entre les syndicats de ce secteur. C’est ce qui fait que les syndicats ont perdu de leur efficacité et leur influence n’est pas déterminante. Alors que le plus grand nombre de syndiqués se trouvent dans le secteur public, les syndicats de ce secteur ne peuvent donner de consignes de vote, dit-il.


Ashok Subron : « Les syndicats gardent une certaine indépendance »

Ashok Subron, de Rezistans ek Alternativ et proche des mouvements syndicaux, considère qu’historiquement les syndicats ont un rôle à jouer dans une élection générale. Il évoque le rôle qu’ont joué le PTr et le MMM et maintenant ReA. Ainsi, pour lui, la politique et le syndicalisme sont indissociables. Mais les syndicats gardent une certaine indépendance tout en faisant des recommandations aux travailleurs.  Les travailleurs vont prendre en considération quels sont les partis politiques qui ont été en leur faveur et ceux qui ont été en faveur du patronat. « Les employés de l’industrie sucrière et celui du transport sont en colère vis-à-vis du gouvernement sortant ». Pour lui, ce ne sont pas les accords qui se font en catimini qui vont atténuer cette exaspération.

Rashid Imrith : « Le vote doit rester secret et confidentiel »

Rashid Imrith, président de la Fédération des syndicats du secteur public, explique, pour sa part, que les syndicats sont des organisations permanentes qui sont là pour militer en faveur de leurs membres. Cela pour améliorer leurs conditions de travail et leur qualité de vie. Lors d’une élection générale, une évaluation du ministère de la Fonction publique est effectuée, mais aucun mot d’ordre n’est donné. « Nous ne voulons porter atteinte à la maturité politique de nos membres ni créer de division au sein des différentes organisations », dit-il. Pour lui, le vote doit rester secret et confidentiel.


CTSP lance campagne contre l’alliance PTr/PMSD

La Confédération des travailleurs du secteur publique et privé (CTSP) a pour sa part choisi de faire campagne contre l’Alliance nationale (PTr/PMSD/Mouvement Jean-Claude Barbier). Le syndicat a en effet invité ses membres à « faire le bon choix avant de voter pour ces élections législatives ». Selon la CTSP, « l’alliance PTr/PMSD est un mauvais choix pour les travailleurs ».  

Pour Reeaz Chuttoo, il est difficile d’oublier ce que Rama Sithanen et Navin Ramgoolam ont fait à la classe ouvrière lorsqu’ils étaient au gouvernement. « Ni l’alliance PTr/PMSD, ni le MMM, n’ont fait part de leur intention d’apporter une nouvelle loi du travail contrairement au gouvernement sortant » a-t-il dit sur les ondes de Radio Plus.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !