Interview

Swaley Kasenally : «Le MMM ne connaîtra pas la gloire d’antan»

L’observateur politique et ancien ministre Swaley Kasenally parle du MMM comme un grand monument avec 50 ans d’existence qu’il qualifie de glorieux. Selon lui, le MMM créera la surprise lors des prochaines élections générales. 

Le MMM fête ses 50 ans ce dimanche. Quels sont vos meilleurs souvenirs ?
Les célébrations d’un bicentenaire restent un événement en soi. Le MMM est un parti qui est né le lendemain de notre indépendance. Il y avait en 1968 une série d’événements à Maurice comme dans le monde. La création du MMM peut y être incluse. À ce moment-là, beaucoup de jeunes croyaient que le système politique ne reflétait plus les défis d’un nouveau pays surtout dans le monde, il y avait des changements énormes. 
Je me souviens de la revendication de la jeunesse en Europe pour un changement drastique, il y avait la guerre au Vietnam qui mobilisait les Américains contre cette injustice, il y avait les grands sit-in dans les grandes universités d’Europe. C’est dans cette grande mouvance qu’a pris naissance le MMM. Et le parti a évolué depuis. Quand les leaders, dont Bérenger, Virahsawmy et autres, avaient été incarcérés, un groupe comprenant Vidula Nababsing, Jean Claude de L’Estrac, moi-même et bien d’autres ont rejoint cette mouvance. Il y a eu une série d’événements : la grève des étudiants en 1975. Aux élections de 1976, malgré tous les risques, Vidula Nababsing et moi, sans aucune hésitation, nous avons fait acte de candidature. Nous avions été suspendus de l’Université de Maurice. Cela n’a nullement ébranlé nos convictions. Le destin a voulu que nous ayons tous deux été élus. C’était un moment de grande joie. Notre espoir dans la lutte que nous menions a fait que la performance du MMM au Parlement de 1976 à 1981 est encore une référence et le sera encore à l’avenir. Je dois dire que le gouvernement d’alors jouait pleinement le jeu politique et parlementaire et cela n’a fait que renforcer la démocratie pendant cette période. La grande victoire de 1982 a été l’apogée. Je me souviens encore du déferlement de toute la population, y compris des vaincus, au Champ de Mars pour le meeting de remerciement. C’était la plus grosse foule rassemblée pour un événement politique. 

Et les pires souvenirs ?
Je crois toujours que le MMM est un parti foncièrement de gauche et ce qui est important est que de nos jours que ce soit en Angleterre, en Amérique, il y a un retour vers le socialisme. Ce n’est plus un concept qui fait peur. La réalité économique de Maurice en 1982 a incité le MMM à prendre des mesures économiques très difficiles mais courageuses pour que le pays ne s’engouffre pas dans un marasme économique. La cassure de 1983 a été un moment tragique pour nous tous. Je crois encore que si on avait résolu ce problème, il aurait perduré dans le temps. Le MMM avec ses 50 ans d’histoire a connu des ‘ups and downs’. Plus de ‘downs’ que de ‘ups’. Malgré tout le parti peut toujours résister. Plusieurs personnes avaient prédit la destruction du MMM mais c’est mal-connaître la politique des grands partis. 

Pour moi, le MMM est un grand monument construit sur la base de la sincérité et de l’honnêteté intellectuelle. De temps en temps, des vagues de mécontentement parmi ses membres s’abattent sur ce monument et certains débris se détachent. Ces débris disparaissent vite dans la nature politique, certains adhèrent à des partis ‘pouvoiristes’ et pour justifier leur adhésion, ils récitent le mantra « MMM in van lalit » « MMM nepli represant travayer ». Malgré des hauts et des bas, le MMM, comme le PTr avec ses trois quarts de siècle, ne vont jamais disparaître. 

En temps et lieu, il y aura une nouvelle direction au sein même du parti. C’est inévitable. Personne n’est éternel."

Au fil du temps, les démissions et autres dissensions ont fragilisé le MMM. Aurait-on pu éviter ces situations ?
N’importe quelle séparation est regrettable. Il faut analyser le contexte. Aujourd’hui, ceux qui ont quitté le MMM font de grandes déclarations d’intention de sainteté politique alors qu’ils se retrouvent au sein des équipes qu’ils ont toujours dénoncées. Leur raison est beaucoup plus personnelle pour être au centre du pouvoir. On a vu que certains démissionnaires se sont trahis et la population est dégoûtée par ce genre de manœuvres. Avec une impudeur déconcertante, du jour au lendemain, ils se retrouvent au sein du parti qu’ils ont tout le temps critiqué. Si c’était pour d’autres raisons, cela aurait interpellé beaucoup de personnes. 

50 ans après sa naissance le MMM souffre d'un manque de fortes personnalités comme durant ses premiers 25 ans. À quoi attribuez-vous cela ?
Ceux qui gardaient la place pour ceux qui devaient reprendre le flambeau, ils sont partis ailleurs. Ils ont libéré la direction. Nombreux sont ceux qui se manifestent ces temps-ci. Ils ne sont pas populistes comme nous l’étions dans le passé. Surtout, les jeunes à l’intérieur du parti. Ils ont une approche plus pragmatique que dogmatique. Ils connaissent les réalités du terrain. Ils ne sont pas pressés. En temps et lieu, il y aura une nouvelle direction au sein même du parti. C’est inévitable. Personne n’est éternel. Même les idées qui nous animent parfois demandent des ajustements. 

S’inspirer du passé pour créer l’avenir. C’est le nouveau slogan du MMM. Votre avis ?
Un parti avec 50 ans ne peut parler de l’avenir sans parler du passé. Le MMM a un passé glorieux, un passé parsemé d’embûches et il y a eu des manquements. On peut se servir de tout cela pour créer l’avenir. N’importe quel parti doit s’inspirer de son passé surtout pour un événement aussi important que son bicentenaire Ce n’est pas donné à tous les partis politiques de ne pas sacrifier ses principes fondamentaux. 

Paul Bérenger dit croire que le MMM renaît. Partagez-vous son opinion ?
C’est une façon de dire qu’on est requinqué. Quand on parle à des anciens militants et à des jeunes, on voit qu’ils ne peuvent accuser le MMM de corruption ou de népotisme. Beaucoup de personnes pensent que Paul Bérenger est le seul politicien qui a les mains propres. Il y a des gens qui, lors des élections, font volontairement des dons et non contre des promesses d’avoir un contrat ou autre. Personne ne peut montrer Paul Bérenger ou le MMM du doigt. Cela, je peux le certifier. 

Croyez-vous que le MMM puisse retrouver sa gloire d’antan ?
Après les prochaines élections, on verra de quoi est fait le MMM. Il ne connaîtra pas la gloire d’antan car chaque contexte de l’histoire a une période. Moi je n’ai pas de doute qu’avec la jeunesse au sein du parti, ils actualiseront les idées véhiculées par le parti dans le passé. 

Faut-il un nouveau leader autre que Bérenger ?
Cela arrivera avec le temps. Personne n’est éternel. On ne peut imposer un leader, il faut qu’il puisse s’émerger par ses propres efforts, comme Paul Bérenger l’a fait. Avec ces jeunes, le MMM fera une performance plus qu’honorable aux élections générales. Il y aura des surprises. 

Le MMM insiste sur le fait qu’il se présentera seul aux prochaines élections générales. Est-ce dans son avantage ou est-ce que les Mauves qui ont passé près de 15 ans sur l’opposition le feront encore ?
Quel choix s’offre au MMM ? Se mettre en alliance avec un parti qui a démontré ces cinq dernières années ce qu’il peut faire en termes de corruption, de gaspillage, d’abus des institutions, de protection de petits copains, de bluff, de ‘pa mwa sa li sa’ ? Croyez-vous que le MMM puisse s’associer avec ce parti ? L’autre, on l’a essayé en 2005 et le verdict a été sans appel. Le MMM a choisi d’aller seul aux élections, j’espère que la population ne se laissera pas berner par des regroupements d’individus qui n’ont aucune intégrité politique. Je pense d’ailleurs que la population de Maurice est éclairée. Elle n’aime pas les ‘dominerr’. Il y a eu la leçon de 2014. J’espère que cette maturité dont elle a fait preuve en 2014 sera encore là en dépit des ‘bribes’ électoraux et que l’électorat sera à la hauteur de son sens d’équité. Cela dit, je crois qu’il y aura beaucoup de surprises lors des prochaines élections même si à travers des radios privées ou encore sur les réseaux sociaux et bien d’autres mécanismes, on essaye de faire changer d’avis les électeurs. Personnellement, après tant d’années d’engagement politique, je sais que le peuple de Maurice, surtout la jeunesse, est assoiffée de justice. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation