Live News

Suspicion de complicité avec Mike Brasse : l’Icac soupçonne Kamir Osman de transferts de fonds illicites

Le trio Mike Brasse, Kamil Osman et Almonzo Capdor considéré comme un élément clé du réseau sur l’axe Maurice-Réunion.

Kamil Osman, l’un des Mauriciens condamnés pour trafic de drogue à l’île de La Réunion, est de retour au pays. Après avoir purgé sa peine d’emprisonnement à l’île soeur, il a été expulsé la semaine dernière.

Dès son arrivée sur le sol national, Kamil Osman a été cueilli par le Passport and Immigration Office (PIO) et les enquêteurs de l’Independent Commission Against Corruption (Icac). En effet, la commission anti-corruption s’intéresse aux transferts de fonds illicites vers l’Angleterre, l’Afrique du Sud et Madagascar entre autres. Et les enquêteurs disposent des éléments soutenant que Kamir Osman avait effectué une transaction de conversion de Rs 800 000 en euros. Cependant, lors de son audition Under Warning, Kamil Osman a nié toute implication et a affirmé n’avoir fait qu’accompagner Mike Brasse en mer à la demande de ce dernier. À l’issue de son audition, il a été autorisé à partir.

Kamir Osman était l’un des individus qui avaient accompagné Mike Brasse lors d’un déplacement en bateau pour l’île de La Réunion. En novembre 2016, alors que ces derniers s’apprêtaient à retourner au pays, la gendarmerie réunionnaise les avait épinglés avec 42,2 kilos d’héroïne et 6,2 kilos de résine de cannabis pour une valeur totale de Rs 1,68 million. L’Icac a ainsi voulu obtenir des détails entourant des transactions monétaires effectuées entre 2014 et 2016 vers l’Inde, Madagascar et la Grande-Bretagne. Les enquêteurs de la commission anti-corruption ciblent également dans cette affaire un cambiste opérant sur le marché noir. Ce dernier est soupçonné d’avoir fourni des devises à Kamir Osman qui s’assurait que l’argent soit versé vers des comptes bancaires à l’étranger. Les enquêteurs soupçonnent que ces transactions feraient partie du système mis au point par les trafiquants. De ce fait, les explications de Kamir Osman sont vivement attendues à ce sujet. 

Dans la nuit du 10 au 11 novembre 2016, Kamir Osman s’était retrouvé parmi les Mauriciens arrêtés par les douaniers réunionnais dans le port de Sainte-Rose. Leur bateau était tombé en panne après un souci de moteur et la bande qui devait regagner Maurice avec la cargaison avait dû retarder son départ. Des complices de la bande de trafiquants s’étaient immobilisés dans un véhicule, près du port de Sainte-Rose, avec à leur bord la cargaison de drogue, et sept bidons de 20 litres de carburant. 

Le trio Kamil Osman, Almonzo Capdor et Mike Brasse est considéré comme un élément clé du réseau impliqué dans le trafic de drogue sur l’axe Maurice-Réunion. La drogue qu’ils transportaient de l’île sœur est soupçonnée de provenir de la Grande Ile. Lors de son retour à Maurice, Kamil Osman a expliqué à l’Icac qu’il n’a agi que sur les instructions de Mike Brasse, et soutient qu’il ignorait qu’il s’agissait d’une transaction de drogue. Kamil Osman avance que Mike Brasse lui aurait demandé de l’accompagner pour une sortie en mer, et ce n’est qu’une fois arrivés en haute mer que Mike Brasse lui aurait informé qu’il allait se rendre à l’île de La Réunion. 

Par ailleurs, la commission de Réduit Triangle déplore un manque de collaboration des autorités de la Réunion dans cette affaire. Depuis la saisie de drogue et l’arrestation des Mauriciens, l’Icac et l’Adsu ont tenté d’avoir des renseignements auprès des autorités de l’île sœur en vue d’initier des enquêtes sur le territoire mauricien pour pouvoir cibler des complices potentiels du trio mauricien épinglé à la Réunion. Malheureusement, leurs demandes sont demeurées vaines.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !