Actualités

Suspension de Raj Dayal : le MSM laisse planer le statu quo

Raj Dayal devra s’expliquer à la prochaine réunion du BP du MSM.

Le vendredi 3 mai 2019, le comité mis sur pied jeudi par le Mouvement socialiste militant (MSM) a écouté pendant plus d’une demi-heure les explications du député Raj Dayal. C’était lors d’une réunion au bâtiment du Trésor, à Port-Louis. L’élu de la circonscription no 9 (Flacq/Bon-Accueil) devra également s’expliquer à la prochaine réunion du bureau politique (BP) du parti. 

C’est un Raj Dayal moins bavard, le visage crispé, qui a quitté le bureau du Premier ministre peu avant 18 heures vendredi, pour se rendre à l’Assemblée nationale. Dans une courte déclaration à la presse, il a dit : « J’ai eu une petite rencontre. C’est tout. » L’ancien ministre de l’Environnement était sommé de s’expliquer sur ses agissements que le MSM qualifie de cas « d’indiscipline très grave ». 

Ses récentes sorties médiatiques, son affidavit et son absence au meeting du 1er-Mai à Vacoas en ont irrité plus d’un au sein du parti. La réunion du BP du jeudi 2 mai a pris la décision de le suspendre et de mettre sur pied un comité présidé par Pravind Jugnauth. Le président du MSM, Showkutally Soodhun et le secrétaire général, Nando Bodha en font également partie. 

Interrogé à sa sortie de cette réunion, Nando Bodha a indiqué que le principal concerné devra s’expliquer à nouveau devant les instances du parti. « Raj Dayal est appelé à venir s’expliquer lors de la prochaine réunion du BP », a-t-il précisé. Selon nos recoupements, cette réunion pourrait avoir lieu au début de la semaine prochaine. À l’agenda : la suspension de Raj Dayal. 

À vendredi soir, aucun membre du parti n’a confirmé si le député de la circonscription no 9 était toujours suspendu ou si la suspension avait été levée. Selon nos recoupements, le comité attendra les nouvelles explications de ce dernier avant de se prononcer. 

Un peu plus tôt dans la journée de vendredi, soit avant de rencontrer le comité, Raj Dayal s’est montré décontracté lorsqu’il s’est adressé à la presse après les funérailles de son ancien bras droit, le caporal Lindsey Lapeyre. Interrogé sur sa suspension du BP, sur sa convocation devant le comité institué et sur son état d’esprit, il a lancé ceci : « Si ena kitchoz pou dir, mo pou dir apre. » Après les funérailles, il s’était rendu directement à l’Assemblée nationale.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019