Live News

Suspectée du meurtre de Simon Nelson - La belle soeur : «Nous étions intimes»

Louis Simon Nelson, 76 ans, est mort dans d’atroces souffrances.  L’autopsie a révélé que la victime s’est vidée de son sang après qu’il a eu le sexe sectionné. Mardi après-midi, les recherches se poursuivaient pour retrouver le bout manquant.

Les limiers de la CID de Curepipe veulent y voir plus clair dans les fréquentations de ce père de famille. La piste explorée par les enquêteurs serait la jalousie, d’où l’arrestation de sa belle-sœur, Marie Ivy Falaise, 64 ans, le soir même de cette macabre découverte. Selon les policiers, ce crime n’a pu être commis par une seule personne.

La sexagénaire a été emmenée dans les locaux de la CID pour son interrogatoire. Elle a expliqué en détail la relation qu’elle entretenait avec l’époux de sa défunte sœur. « Ma sœur est morte, emportée par la maladie depuis plusieurs années.»

Ils sont voisins aux Résidences Malherbe. « Mo mem fer so dite e okip li », a expliqué la dame aux enquêteurs. « Il y a cinq ans, notre relation a pris une autre tournure. Nous avons commencé à avoir des relations intimes. Nous nous voyions régulièrement. Parfois, je venais chez lui, sinon, il venait à la maison… »

Victime d’exsanguination  

Selon la pensionnée, « la victime, insatiable, voyait d’autres femmes. » Les limiers ont interrogé la belle-sœur sur son emploi du temps, peu avant la découverte effroyable. « La dernière fois que j’ai vu Simon Nelson, c’était dimanche après-midi ».

« Je suis passée le voir. Il était sur le lit. Je ne suis pas entrée dans sa chambre, il m’a dit de le laisser, car il ne se sentait pas bien. Je suis partie », a indiqué Marie Ivy Falaise aux limiers de la CID. Ce n’est que lundi soir qu’elle aurait appris la terrible nouvelle. Elle nie avoir fait du mal à son beau-frère. Les limiers pensent qu’elle ne dit pas toute la vérité.

Au terme de son interrogatoire, Marie Ivy Falaise a comparu devant la cour de Curepipe sous une charge provisoire de meurtre. La police a objecté à sa remise en liberté. L’autopsie de la victime a révélé une exsanguination.

Les enquêteurs ont également entendu le petit-fils de la victime, Pascal Nelson, qui a fait la découverte macabre. « Ma chambre se trouve à l’étage. Les chambres sont séparées. Dimanche, je suis sorti de la maison, j’en ai informé mon grand-père. »

Lundi matin, avant de sortir, il soutient avoir une nouvelle fois informé son grand-père. « Li pa finn reponn mwa. Mo ti panse li pe dormi, monn ale », a-t-il précisé aux enquêteurs. A son retour, il n’a pas vu son aïeul, ce qui n’est pas dans ses habitudes. « Je suis allé le voir dans sa chambre. Il faisait sombre. J’ai allumé une torche, c’est ainsi que je l’ai découvert en sang, allongé sur le lit ».

Par ailleurs, les enquêteurs ont interpellé une voisine de la victime et son beau-père. Ces derniers sont des habitués de la maison de Louis Simon Nelson. Une fouille à leur domicile a permis à la police de retrouver une serviette tâchée de sang. La jeune femme devait affirmer qu’elle avait des saignements et que le sang retrouvé était le sien. Des échantillons ont été envoyés au Forensic Science Laboratory (FSL) pour être analysés. Les voisins ont soutenu n’avoir rien à voir avec ce meurtre sordide. Ils ont été autorisés à partir. Les limiers ont dressé une liste des personnes pouvant les aider à résoudre cette affaire.


«Elle a des ennuis de santé»

Marie Ivy Falaise

Davina, 25 ans, croit en l’innocence de sa belle-mère, Marie Ivy Falaise. « Je veux qu’elle sache que nous sommes certains de son innocence. Elle n’aurait jamais pu commettre une telle chose. Elle a des ennuis de santé. Ton Simon et elle étaient très proches. Ils étaient plus comme frère et sœur. Ils étaient les seuls aînés encore en vie dans la famille. Je suis certaine qu’elle n’a jamais agi de la sorte », soutient la jeune femme. 

Françoise, fille de la victime : «Zot tou byen avek li»

Françoise, la fille de Louis Simon Nelson, ne comprend pas comment un tel drame a pu se produire. « Zot tou ti kontan li. Lundi kan mo neve inn telefone, nou finn al laba. Mo pa finn kapav monte monn res dan salon. Lan dernie, monn perdi mo de frer, zordi ce mo papa », lâche-t-elle.  

Recherches sur un terrain de foot

La Dog Unit était aux Résidences Malherbe, mardi, à la recherche du moindre indice. Le chien a reniflé un vêtement de la victime. L’animal a conduit les enquêteurs sur un terrain de football, mais rien n’y a été retrouvé. Les policiers comptent se rendre sur place ce mercredi pour poursuivre leurs recherches.


Un menuisier a le sexe tailladé : l’enquête toujours en cours

Le dimanche 1er mai 2016 à 6h du matin, le corps sans vie de Gérard Bruno Didier Armel, alias Milou, un menuisier de 42 ans, a été découvert dans son atelier à Petit-Verger, Saint-Pierre. La victime avait eu le sexe sectionné et gisait dans une mare de sang dans son atelier. C’est sa tante qui avait fait la découverte macabre avant de prévenir la police. Le menuisier avait le pantalon partiellement baissé. L’autopsie avait attribué la cause du décès à une exsanguination provoquée par la lacération de son pénis et une fracture du crâne. Moins de 24h après, Luciano Inaf, alias Mike, 41 ans, avait été arrêté par la police. Le suspect et la victime avaient eu une altercation dans la journée du samedi 30 avril 2016. Le suspect aurait agi par vengeance. Luciano Inaf avait été traduit en cour de Moka et inculpé provisoirement de meurtre.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !