Actualités

Sushma Swaraj : «Le gouvernement indien est disposé à dépenser des millions pour l’avancement de la langue hindi dans le monde»

Sushma Swaraj

La 11ème World Hindi Conference a débuté hier au centre Swami Vivekananda, Pailles, en présence du Premier ministre Pravind Kumar Jugnauth, de la ministre de l’Éducation Leela Devi Dookun-Luchoomun et de la ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj.

Les autres dignitaires présents hier sur l’estrade pour le lancement de la conférence mondiale étaient le vice-premier ministre Ivan Collendavelloo, le ministre mentor Sir Anerood Jugnauth et plusieurs autres personnalités indiennes, sans oublier les milliers de délégués venus de tous les coins du monde.

La conférence elle-même a été précédée par une cérémonie en hommage à l’ex-Premier ministre indien Atal Bihari Vajpayee, décédé jeudi. Un hommage qui a consisté en un chant interprété par l’International Students of the Kendriya Hindi Sansthan of India, suivi d’une minute de silence.

Logo

Après l’interprétation d’une autre chanson, on a procédé à la présentation du logo de la conférence avec la diffusion d’un clip vidéo mettant en vedette un paon indien et le dodo. Un clip qui a démontré l’essence même de l’utilité de cette conférence.

La première personnalité à prendre la parole a été Leela Devi Dookun-Luchoomun. Elle a eu une pensée pour l’ex-PM indien décédé, puis elle a souhaité la bienvenue à tous les délégués. Elle a déclaré que cette conférence est une occasion historique pour l’avancement de la langue hindi dans le monde. « Le hindi n’est pas seulement une langue, mais un mode de vie », a-t-elle déclaré. Elle a ajouté que tout devrait être fait pour garder la langue hindi vivante malgré tous les changements. Elle a rajouté que tout doit être mis en œuvre pour faciliter la compréhension de cette langue, la valoriser, insuffler une nouvelle vie et la partager avec le monde.

Sushma Swaraj a ensuite pris la parole. Au sujet du décès de l’ex-PM indien Atal Vajpayee, elle dira que cette conférence mondiale est une occasion pour lui rendre hommage. « En puisant dans les conférences tenues précédemment, j’ai constaté que beaucoup d’érudits écrivent et propagent leurs idées dans la langue hindi. Cependant, quelle est l’utilité si on ne comprend pas cette langue ? » s’est-elle demandé.

Elle a terminé en disant que le gouvernement indien est disposé à dépenser des millions, voire des milliards, pour l’avancement de la langue hindi dans le monde. Elle reconnait qu’il y a un obstacle à cela puisque tous les pays – elle a cité l’Allemagne et le Japon comme exemple – ne veulent pas encore reconnaître la langue hindi comme une langue officielle.

Il est revenu au Premier ministre de prononcer le discours inaugural de la conférence mondiale. Tout en reconnaissant qu’il ne maîtrisait pas totalement la langue hindi, Pravind Jugnauth a rendu un hommage à Atal Vajpayaee en louant ses qualités de « master creator », de « global thinker » et son amour pour la langue hindi. Il ne pouvait avoir meilleure occasion que cette conférence pour lui rendre hommage, a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a rappelé la contribution du défunt ex-PM indien à la création de la première Cyber City à Maurice et aussi pour la mise sur pied de l’Indira Gandhi Cultural Centre, du Mahatma Gandhi Institute et du centre Swami Vivekananda, lieu même de cette conférence mondiale actuelle.

Dans le même souffle, le PM a annoncé que dorénavant le Cyber Tower, basé à Ébène, sera connu comme la Atal Bihari Vajpayee Tower.


Ces délégués aux origines diverses

Sushma Swaraj
Plusieurs délégués sont venus déposer des fleurs devant la photo de l’ex-PM Atal Vajpayee.

Les délégués présents hier au centre Swami Vivekananda sont venus, outre de l’Inde, des pays aussi divers que les États-Unis, le Canada, les îles Fidji, la Guyane, le Surinam, la Russie, l’Ukraine, l’Arménie, l’Ouzbékistan et le Japon, pour ne citer que ces pays-là. Ainsi, nous avons rencontré un conférencier originaire de l’Inde qui enseigne la langue hindi à Toronto ou encore un Ukrainien qui est professeur de langue hindi dans son pays.


Ne pas finir comme le dodo

Dans son discours, la ministre indienne des Affaires étrangères a expliqué pourquoi notre dodo national figure dans le clip-logo de la conférence. Puis, elle a ajouté : « pour que la langue hindi ne subisse pas le même sort que le dodo, l’Inde compte déployer tous les moyens pour que cette langue ne soit pas menacée de disparition ». Elle a fait remarquer que Maurice est un pays apte à promouvoir la langue hindi, vu les affinités au niveau de la culture et des traditions entre l’Inde et Maurice.


Les autres personnalités mauriciennes présentes

Les autres personnalités mauriciennes présentes

Parmi les autres personnalités présentes au centre Swami Vivekananda, mentionnons le ministre du Transport, Nando Bodha, l’ex-ministre de la Culture Mookesswur Choonee, le député de l’opposition, Osman Mahomed, le lord-maire Daniel Laurent et le maire de Beau-Bassin/Rose-Hill, Ken Fong Suk Hoon.