Faits Divers

Sur ordre de la Cour suprême : les enfants mules confiés à une proche

La drogue retrouvée dans les bagages des deux enfants utilisés comme mules.

Placés dans un centre de refuge après l’arrestation de leur mère, les deux enfants de 6 et 9 ans, utilisés comme mules en mai 2019 pour transporter Rs 3,4 millions de drogue, ont été confiés à une proche de leur famille. Cela suivant une demande de celle-ci pour en avoir la garde. 

Ils avaient été utilisés comme mules pour transporter 2310 plaquettes de Subutex, estimées à Rs 3,4 millions. Ces enfants voyageaient seuls sur le vol MK 045 en provenance de Paris avant d’être interceptés, le 11 mai 2019, à l’aéroport de Plaisance. Cela, suite à un exercice de vérifications aux rayons-X. Les deux enfants, âgés de 6 ans et 9 ans, ont été confiés à une proche. Cela, sur ordre de la Cour suprême. 

La proche avait, via Mes Jenny Mootealloo et l’avouée Yogina Yerriah, entamé une procédure en Cour suprême pour obtenir la garde des deux enfants qui étaient dans un centre de refuge. Procédure en référée, connue dans le jargon comme « immediate care and control ».

La juge Véronique Kwok Yin Siong Yen a accordé la garde à la proche, après que les autorités, notamment le Commissaire de police et le représentant du ministère de l’Égalité des genres et du Développement de l’enfant, n’aient formulé aucune objection à la demande. Toutefois, le représentant du Commissaire de police a exigé que les enfants n’aient pas accès à leur mère et plusieurs de leurs autres proches, de même que toute personne pouvant avoir un lien avec la transaction de drogue. De plus, les deux enfants devront être mis à la disposition de la police en temps et lieu pour les besoins de l’enquête.

Dans sa demande, la proche a soutenu qu’après la séparation des parents des deux enfants, la mère avait obtenu la garde en vertu d’une décision de la cour familiale en date du 22 mai 2018. Le père des enfants, soutient la proche, a « rarement rendu visite, ni même n’a-t-il pris de leurs nouvelles.  Il est fiché par la police et est actuellement en liberté sous caution pour deux affaires », soutient la proche dans sa demande pour avoir la garde des enfants. 

Après l’arrestation de leur mère, le père n’est pas venu récupérer les enfants. Résultat, soutient la proche, c’est la Child Development Unit (CDU) qui a pris soin des enfants et les a placés dans un abri. « À chaque fois que la famille visite les deux enfants au centre de refuge, ils demandent constamment quand ils rentreront chez eux. Ils sont très jeunes et ne comprennent pas pourquoi ils sont dans le centre. Les enfants avaient l’habitude d’aller à l’école (…) et s’y sont fait beaucoup d’amis, ils veulent retourner dans leur école où ils sont à l’aise avec leurs amis et leurs professeurs », soutient la proche dans sa demande. 

Rappelons que c’est après un séjour de 10 jours en France que les deux enfants sont rentrés à Maurice le samedi 11 mai 2019. Vu leur jeune âge, ils avaient été pris en charge par des hôtesses de la compagnie d’aviation nationale.

Lors d’une vérification de leurs bagages, les éléments de la Customs Anti Narcotics Section (Cans) de la Mauritius Revenue Authority (MRA) ont été intrigués par la présence de plusieurs objets rectangulaires. Après vérifications, des plaquettes de Subutex, de Tramadol et d’Amoxicilline ont été découvertes. Les autorités ont immédiatement soupçonné que les deux garçonnets, qui avaient quitté le pays le 1er mai 2019, ont été utilisés comme mules. 

Interrogés par les policiers et les douaniers, les enfants n’avaient pu dire qui avaient fait leurs bagages après des vacances chez leur grand-mère.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !