Actualités

Sur les réseaux sociaux : les allégations de censure pullulent

Facebook Photo d'illustration

Plusieurs utilisateurs de réseaux sociaux ont dénoncé ce qu’ils appellent une « censure » de leurs contenus, le vendredi 1er novembre 2019. Il s’agit de contenus et de publications ayant trait à la politique qui ne répondraient pas aux standards de Facebook.

Ces allégations ne datent pas d’hier. On a déjà assisté à une telle situation durant cette campagne électorale. Le contenu d’une « enquête » connue comme le « Serenitygate » menée par nos confrères de Top FM a été enlevé par Facebook deux heures après avoir été publié. Le vendredi 1er novembre, nos confrères d’ION News ont eu droit au même sort. Toutes leurs publications ont été enlevées du réseau social. Le site Web d’Ion News a été bloqué par Facebook.  

Après avoir mené l’enquête avec la collaboration de Mauritius Telecom, l’équipe d’ION News a expliqué, dans un communiqué, qu’elle a été victime d’un piratage. « L’accès au site Web à partir d’un smartphone a été compromis. L’utilisateur est redirigé vers un site étranger où pullulent des logiciels malveillants. Tout le contenu redirigeant vers ION News étant désormais considéré comme étant suspicieux, Facebook a enlevé de notre page tous les Posts redirigeant vers notre site Web », lit-on dans le communiqué.

Un hacker ou un groupe de pirates a changé un paramètre sur le serveur de nos confrères afin de rediriger ceux qui consultent ION News à partir d’un smartphone. C’est pour cette raison que le site Web a été classifié dangereux par Facebook et placé sur liste rouge. Le problème devrait bientôt être résolu, précise le communiqué.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !