Actualités

Sugar Investment Trust: Des coûts additionnels de Rs 40 M font polémique

La société ne veut pas faire partie des organismes publics qui payent des millions en ‘variation costs’. La firme retenue pour construire les murs en pierre au morcellement Auréa, à Côte d’Or, réclame plusieurs millions supplémentaires. Le Sugar Investment Trust se prépare au litige légal. La direction du Sugar Investment Trust (SIT) s’en va-t-en guerre contre l’un de ses contractuels. La société Square Deal, qui a décroché le contrat pour la construction de murs en pierre au morcellement Auréa, à Côte d’Or, s’apprête à lui réclamer Rs 40 millions de plus que le montant convenu. C’est ce qu’a fait comprendre le consultant du projet, indique une source au SIT. Des réclamations que l’on voit d’un mauvais œil au SIT, qui a déjà pris contact avec ses hommes de loi pour se préparer au litige légal. Les conditions « douteuses » dans lesquelles le contrat a été octroyé accentuent davantage les réticences du SIT. Le contrat pour Auréa devait initialement coûter Rs 90 millions. « Le consultant nous a fait savoir que les coûts avoisineraient les Rs 132 millions », révèle un membre de la direction du SIT au Défi Quotidien. Si aucune demande par écrit n’a été faite, le SIT a déjà décidé de la marche à suivre. « Nous irons vers un arbitrage. On ne peut pas accepter des variations de 50 %. » D’autant plus, ajoute cette source, que des clients qui viennent de prendre possession de leur lot ont porté plainte s’agissant de la qualité des travaux.

Méfiance

D’autres éléments rendent la direction du SIT méfiante vis-à-vis de Square Deal. D’abord, la firme avait déjà décroché le contrat pour la construction d’une route longue de deux kilomètres à l’île d’Ambre. D’importantes variations ont également été réclamées : de Rs 11 millions, les coûts sont passés à Rs 18 millions. L’ancienne direction du SIT, avait accepté de payer ces réclamations. Il y a ensuite le fait que la compagnie de construction a décroché le contrat d’Auréa bien qu’elle ait soumis son offre 22 jours après la date butoir.
Le Défi Quotidien a contacté un responsable de Square Deal. Il n’a pas souhaité être cité, tout en affirmant que la compagnie ne réclame que ce qui lui est dû. « Je n’ai pas les chiffres précis, mais nous réclamerons ce pour quoi nous avons travaillé. Si nous avons effectué des travaux additionnels, nous réclamerons notre dû », explique-t-il. Cette même source avance ne pas être au courant des circonstances dans lesquelles la firme a décroché le contrat, bien qu’elle ait soumis son offre en retard.
Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !