Live News

Subventionnée par la STC : fort engouement pour l’huile de la marque Smatch 

Il y a eu un intérêt pour cette huile vendue à Rs 75 le litre.

Aussitôt remplis, aussitôt pris d’assaut. Les rayons des grandes surfaces accueillant vendredi l’huile Smatch de la State Trading Corporation se sont vidés très vite. La limite fixée à deux bouteilles d’un litre par client n’a pas empêché la ruée sur l’huile de soja à Rs 75. 

Smatch. C’est sous cette marque que la State Trading Corporation (STC) commercialise de l’huile de soja depuis hier. Le litre est vendu à Rs 75, alors que le prix varie entre Rs 108 et Rs 110 pour les autres marques. 

La STC aurait déjà dû avoir reçu une importante cargaison d’huile alimentaire en provenance d’Inde mais celle-ci a pris du retard. En attendant l’arrivée de sa commande, l’organisme public a donc acheté un million de litres d’huile à la société Moroil pour pourvoir mettre son produit sur le marché à la date prévue. Le chef de cabinet du ministère du Commerce, Parasivam Rangan, a déclaré sur Radio Plus : « D’ici la fin août, la cargaison va arriver car elle est bloquée dans le port de Colombo, au Sri Lanka. La qualité est la même que celle sur le marché local, il n’y a que la marque qui change. »

L’engouement pour l’huile Smatch est incontestable. À l’hypermarché Titan à Sainte-Croix, le gérant Nadeem a même baissé les bras : « Il y a une restriction à deux litres par client, mais des gens viennent à trois ou quatre de la même famille et chacun passe à la caisse séparément. On n’arrive pas à empêcher cette tricherie. Certains ne pensent pas aux autres, ils sont égoïstes. » Le scénario est le même dans la plupart des points de vente du pays. Effectivement, le stock de Titan est rapidement épuisé. Dans le magasin, nous rencontrons Noella, qui habite à Grand-Gaube : « Il n’y a plus cette huile Smatch, je suis obligée de me rabattre sur celle qui se vend à Rs 110. Les gens ont tout raflé en moins d’une heure, c’est incroyable. »

Au supermarché Dream Price de Plaine-Verte, il y a Christiane et sa nièce Véronique. Elles habitent La Tour Koenig : « C’est le quatrième supermarché que nous faisons depuis ce matin. Pas une bouteille de Smatch ! On ne trouve que les autres marques plus chères. » Pourtant, nous dit Raffick, le gérant, il avait commandé 25 cartons de 15 litres d’huile Smatch. « Les gens achètent en quantité. Ils viennent et reviennent, ils contournent les restrictions », nous dit-il.

Le responsable du London Way de Pointe-aux-Sables estime qu’il aurait fallu procéder autrement. « Le gouvernement aurait dû cibler la subvention en offrant des ‘vouchers’ à ceux qui en ont vraiment besoin. Là, ce sont des personnes qui ont les moyens qui font des stocks. » Selon lui, les propriétaires de snacks, qui utilisent beaucoup d’huile, se servent généreusement. « Donc l’État est en train de subventionner ces commerçants », déplore-t-il. 

Au Dream Price de Beau-Bassin, il y avait encore un petit stock hier soir. « Pas suffisant pour tenir le week-end. Ce samedi, ce sera fini », indique le gérant. Shirley, une cliente, est tout heureuse de pouvoir repartir avec ses deux litres dans sa corbeille : « J’ai eu de la chance, j’ai fait Rs 70 d’économie. Enfin, pas vraiment, parce que les autres produits ont encore augmenté… »

  • The news 218i Gran Coupé

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !