Live News

SSR Memorial Lecture 2022 - Milan Meetarbhan : «Que serait Maurice sans SSR ?»

Les membres de la direction du PTr au premier rang pour écouter le SSR Memorial Lecture 2022

C’est un véritable plaidoyer pour l’homme d’État qu’a été sir Seewoosagur Ramgoolam, Père de la Nation, par un Milan Meetarbhan qui maîtrisait son dossier. C’est devant un parterre d’invités, dont le fils de SSR, Navin Ramgoolam, qu’il a fait cette lecture de la vie et du parcours de celui qui nous a offert l’indépendance.  

L’événement à l’auditorium Octave Wiehé, mercredi, est un avant-goût du rendez-vous du 18 septembre au Kewal Nagar pour le 122e anniversaire de SSR. Parmi les invités, notons Kailash Purryag, Ameena Gurrib-Fakim, Armoogum Parsuramen, Raouf Bundhun, Joseph Tsang Mang Kin, Manou Bheenick, Anil Baichoo et le Dr Gujadhur, entre autres.   

D’emblée, Milan Meetarbhan a brossé un portrait de ‘Chacha’, avec, à l’appui, des images et des sons d’archives touchants durant lesquels le ‘bonhomme’ raconte son enfance, comment il a perdu un œil, ses parents qui sont morts jeunes, mais qui lui ont inculqué l’importance de l’éducation. « SSR était l’une des figures les plus importantes du XXe siècle. Il s’est construit petit à petit, mais a compris qu’il faut deux choses : l’éducation et la politique. Il avait à cœur que les Mauriciens puissent avoir l’éducation pour grimper l’échelle sociale ». 

Il souligne que ‘Chacha’ avait à cœur le bien-être de son peuple qu’il chérissait. « Puis, comme il était fils d’immigrants, il avait  ce besoin de se battre pour un idéal, d’où son manifeste politique quand il avait décidé de se lancer dans la politique au sein du PTr. Pour lui, la clé pour une émancipation politique passait par l’éducation et la réflexion ». 

D’ailleurs, c’est lui qui a construit un collège pour les filles dans le Nord, car il était convaincu que les filles devaient aller à l’école pour leur bien et celui du pays. 

L’orateur dépeint le parcours de SSR en trois phases : 1938-48, 48-58 et 58-68. « La première phase était pour le droit de vote, la deuxième l’émergence de partis politiques et la nomination de membres inofficiels qu’a combattue SSR et rejetée finalement, car cela allait débalancer la majorité. Après, la dernière phase l’introduction du suffrage universel, mais il y avait une lutte politique autour de la rétrocession du pays à la France, il y avait une campagne d’hégémonie hindoue, le poids des barons sucriers ». 

Milan Meetarbhan souligne aussi qu’il y a eu un moment où il y avait « une talibanisation et cela fait partie de notre histoire qu’il ne faut pas se voiler la face, car ce sont des faits historiques ».  Il a conclu son intervention en expliquant que SRR a toujours dit que « Diego Garcia est un territoire mauricien et cet archipel devrait nous revenir ». 

Navin Ramgoolam : « ll faut donner du dynamisme à notre économie » 

Navin Ramgoolam dit s’étonner que les prix des carburants n’aient pas baissé. « Dans le monde entier, les prix ont baissé, sauf à Maurice. Il faut avoir des gens compétents qui comprennent l’économie, car avec une baisse des prix, cela va donner un dynamisme à notre économie. Ce qui se passe, on conserve ces prix pour la prochaine campagne électorale qui est derrière a porte », est-il d’avis. 

Pour ce qui est des mandats premierministériels en débat, il dira : « On ne peut mettre un commandant pour cinq ans et après son élection, on lui demande de partir. Je prépare la relève, car nul n’est éternel ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !