Monde

Sri Lanka: l'ex-président va être interrogé sur l'enlèvement d'un journaliste

Mahinda Rajapakse, l'ex-président du Sri Lanka, et sa famille font l'objet d'une enquête pour meurtre et pour fraude financière massive. (Crédit photo : Wikipédia)

L'ex-président du Sri Lanka, Mahinda Rajapakse, va être interrogé à propos de l'enlèvement d'un journaliste en 2008, a annoncé mercredi la police, alors que l'ancien leader et sa famille font l'objet d'une enquête pour meurtre et pour fraude. 

Selon les enquêteurs, un groupe de responsables de l'armée, à l'origine de l'enlèvement du journaliste Keith Noyahr en 2008, est également responsable de l'assassinat en 2009 d'un autre journaliste très critique envers Mahinda Rajapakse.

Le département des enquêtes criminelles a prévenu l'ancien leader qu'il serait interrogé vendredi à son domicile de Colombo, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police Ruwan Gunasekera. 

L'enlèvement de Keith Noyahr, qui avait suscité de nombreuses critiques notamment de la part de groupes de défense des journalistes au Sri Lanka, avait eu lieu peu après la publication d'un article critiquant un haut commandant de l'armée. 

Le journaliste avait été enlevé près de son domicile à Colombo. Il avait été relâché, blessé et commotionné, quelques heures plus tard dans une banlieue de la ville. 

Les procureurs affirment qu'il a été emmené à bord d'une camionnette blanche et tabassé dans un lieu de détention géré par la direction du renseignement militaire (DMI). Le journaliste a depuis déménagé en Australie. 

Les enquêteurs pensent que la DMI est aussi à l'origine de la mort de Lasantha Wickrematunga, un journaliste qui avait accusé le frère de l'ancien président, alors ministre de la Défense, d'avoir touché des pots-de-vin contre l’achat d'armes. Le journaliste devait témoigner au tribunal au moment de sa mort.

Le général Amal Karunasekera, qui dirigeait à l'époque la DMI, est actuellement détenu dans le cadre de cette affaire. 

Dix-sept journalistes ont été tués sous la présidence de Mahinda Rajapakse entre 2005 et 2015. 

L'ex-président et sa famille font l'objet d'une enquête pour meurtre et pour fraude financière massive. Tous ont nié les faits et accusé le gouvernement actuel de mener une vendetta politique.  

© Agence France-Presse