Live News

Sri Lanka: le couvre-feu levé pour une importante fête bouddhiste

Les autorités du Sri Lanka ont levé dimanche le couvre-feu décrété après les violences de la semaine dernière, à l'occasion d'une importante fête bouddhiste.

Ce couvre-feu avait été imposé dans l'ensembe du Sri Lanka le 9 mai après des violences qui avaient fait 9 morts et plus de 225 blessés.

Des émeutes avaient éclaté après des attaques perpétrées par des partisans du gouvernement contre des manifestants pacifiques qui demandaient le départ du président Gotabaya Rajapaksa, accusé d'être responsable de la grave crise économique dans laquelle est plongé le pays de 22 millions d'habitants.

Le Sri Lanka, pays à majorité bouddhiste, célébrait dimanche la fête de Vesak, qui commémore la naissance, l'illumination et la mort de Bouddha. Il s'agit de la fête la plus importante dans le calendrier bouddhiste, célébrée à différentes dates selon les pays.

Le gouvernement sri-lankais a décrété deux jours fériés pour l'occasion, et a annoncé que le couvre-feu serait levé dimanche, sans préciser s'il comptait ou non le rétablir plus tard.

Le gouvernement a annulé sa participation aux festivités, prévue dans un temple dans le sud du pays, "compte tenu de la situation économique du gouvernement et d'autres contraintes", a indiqué à l'AFP un responsable du ministère des Affaires bouddhistes.

Les fidèles sont libres de participer aux célébrations partout dans le pays, notamment aux séances de méditation de masse, a-t-il précisé.

Après les attentats de Pâques contre la communauté chrétienne qui avaient assombri la fête de Vesak en 2019 et deux ans de pandémie, les célébrations de cette année s'annonçaient encore une fois discrètes en raison de la crise économique et politique.

La population est excédée par des mois de pénuries généralisées dues au manque de devises, qui ont déclenché des manifestations quotidiennes partout dans l'île. La crise a précipité cette semaine la démission du Premier ministre Mahinda Rajapaksa.

Son successeur, Ranil Wickremesinghe, tente de former un gouvernement d'union nationale. Mais le chef de l'opposition, Sajith Premadasa, a déjà rejeté formellement une proposition de rejoindre la nouvelle équipe gouvernementale, posant comme préalable la démission du président.

© Agence France-Presse

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !