Actualités

Sport : brûler des calories tout en prenant son pied 

L’atelier des Artistes compte de nombreuses adhérentes dans ses trois centres.
Charlène Rioux dirige L’atelier des Artistes  qui propose des séances de sport ludiques.
Charlène Rioux dirige L’atelier des Artistes 
qui propose des séances de sport ludiques.

Dur, dur de faire du sport ? Pas forcément, car il existe une série d’activités divertissantes qui permettent de brûler des calories tout en prenant du plaisir. Parfois, il n’est même pas nécessaire d’aller jusqu’à la salle de gym. Gros plan sur cette manière ludique de faire du sport qui fait de plus en plus d’adeptes, surtout à l’approche de l’été. 

Combien d’entre vous ont déjà été abonnés à une salle de sport mais n’y sont jamais allés ? Ou encore qui sont ceux qui ont décidé d’abandonner en cours de route, quitte à perdre leurs cotisations, en sachant qu’en moyenne l’abonnement mensuel coûte entre Rs 700 et Rs 2 000 ? Puis il y a ceux qui sont motivés à perdre du poids pour afficher une silhouette parfaite sur les plages en été mais finissent par lâcher pied ? Au fil des semaines, la motivation s’évanouit. Vous aussi. Vous êtes trop fatigués. Vous n’avez pas envie d’attendre 45 minutes pour utiliser une machine aux heures de pointe… Bref, autant d’excuses pour ne pas faire du sport. 

Que faire pour continuer à faire du sport sans se ruiner et encore moins s’ennuyer ? Il existe des moyens ludiques d’en pratiquer, à l’instar de la zumba. Le phénomène, qui a pris de l’ampleur, allie tous les éléments de la remise en forme : cardio et préparation musculaire, équilibre et flexibilité. Cette discipline s’inspire principalement des danses latines. Après une session, vous ressortez gonflés à bloc. Les vidéos de cours en ligne de zumba pullulent sur YouTube. Celles axées sur le Zumba Fitness sont particulièrement prisées. 

La zumba n’est pas la seule activité ludique. Il en existe plusieurs autres qui permettent de faire du sport tout en prenant du plaisir. C’est justement le pari accepté par L’atelier des Artistes. Créé en 2014 par deux personnes, l’atelier a pour but de motiver les adhérents des salles, les femmes au foyer et les personnes qui tentent par tous les moyens de perdre du poids ou de garder une bonne forme physique à aller jusqu’au bout. Les exercices sont collectifs. Ils se déroulent en chanson ou à l’aide d’accessoires peu communs, comme le trampoline, le hula hoop et le Swiss Ball. 

Aucune raison de perdre les pédales quand on fait du sport dans la joie et la bonne humeur…
Aucune raison de perdre les pédales quand on fait du sport dans la joie et la bonne humeur…

place au plaisir

En quatre ans, l’atelier des Artistes, dirigé par Charlène Rioux, a fait plusieurs adeptes dans ses trois centres : Sainte-Croix, Coromandel et Grand-Gaube. Tous les participants sont égaux et sans complexes face à des miroirs grand format. Cap sur Grand-Gaube, où l’atelier a un de ses centres. À peine arrivés, nous voyons une trentaine de femmes en tenues de sport emprunter une petite impasse menant à des escaliers. Ceux-ci conduisent à la salle de sport où se trouvent les coachs. De grands miroirs tapissent les murs. Des Swiss Balls, également appelés ballons de Klein, sont suspendus au plafond dans un filet noir. 

Munis de bouteilles d’eau et de serviettes, nous attendons patiemment le début de la séance. Il est 18 heures pétantes. Un séga, bien de chez nous, retentit. « Allez », lance une des coachs qui avance devant un miroir en tapant dans les mains. Les filles accourent pour prendre place derrière elle. 

entrez dans la danse 

Aniska Poonaren ne regrette pas de faire partie  de L’atelier des Artistes.
Aniska Poonaren ne regrette pas de faire partie de L’atelier des Artistes.

Le cours peut enfin commencer. « Quel Mauricien n’aime pas danser le séga ? Nous personnalisons les sessions pour que nos membres, qui sont plus d’une centaine à fréquenter nos salles, ne s’ennuient pas. Nos participantes aiment bien danser. Elles dépensent des calories sans s’en rendre compte. Elles n’ont pas l’impression qu’elles font du sport. Elles transpirent en rigolant et prennent du plaisir », souligne Charlène Rioux.

Les déhanchements s’enchaînent, des mains virevoltent dans les airs, des sourires font leur apparition… Les participantes transpirent dans la joie et la bonne humeur. Et si certaines ont parfois du mal à tenir le rythme, elles ne perdent pas espoir et reprennent le mouvement. « Les participantes font font preuve de beaucoup de volonté lors des séances. Pas d’embarras quand elles n’arrivent pas à suivre le rythme, contrairement à ce qui se passe dans les salles de sport où nous avons tendance à regarder du coin de l’œil pour voir si des yeux ne sont pas rivés sur nous », explique Charlène Rioux.  

L’atelier des Artistes a une particularité : celle d’utiliser des accessoires peu communs. Les participantes affectionnent particulièrement les sauts sur les trampolines ou encore elles aiment jouer avec les Swiss Balls sur des musiques sélectionnées avec soin. « La version adaptée du trampoline, comme celle utilisée dans des jeux d’enfant, est une manière amusante de brûler les calories. Nous lançons, par intermittence, des cris de motivation. J’ai voulu inclure ce concept à mes classes de fitness car certaines personnes, qui aiment faire du sport, trouvent contraignant de devoir aller dans une salle de sport dotée de machines en tous genres », conclut Charlène Rioux.

Comme l’atteste Aniska Poonaren, une des membres. « L’atelier des Artistes propose des méthodes très intéressantes, voire pas ennuyeuses, ce qui nous aident à garder la forme. Je me suis inscrite il y a quelques mois. Le plaisir que je ressens n’équivaut pas à deux années passées dans une salle de sport où je m’ennuyais et où j’étais moins motivée », explique-t-elle. L’atelier des Artistes est exactement ce qu’elle recherche. Durant les séances, raconte-t-elle, les participantes s’amusent dans une ambiance de camaraderie. « Je transpire sans m’en rendre compte tellement je m’amuse et je ne suis pas focalisée à perdre du poids. »

La technologie au service du sport 

Le monde ne cesse d’évoluer grâce aux nouvelles technologies. L’univers du sport n’est pas en reste. L’objectif : trouver des moyens de rendre plus efficaces les entraînements pour que les sportifs, par exemple, deviennent plus performants et aient plus d’endurance. Faire du sport autrement est désormais possible grâce aux objets connectés. On connaissait la montre connectée, les capteurs biométriques et d’autres joujoux électroniques. Il y a désormais le vélo connecté. Il propose des programmes ludiques pour faire du sport tout en s’amusant. Comme avec une console de jeu, vous pouvez défier vos amis en ligne et en direct. Vous pouvez aussi recevoir des conseils d’un coach virtuel ou encore chasser un dragon à travers de magnifiques paysages.


aquabike

L’heure de se jeter à l’eau 

Il est fréquent que les personnes n’aiment pas trop transpirer tout en appréciant toutefois le contact de l’eau. Avec l’eau, l’avantage est qu’on oublie momentanément les kilos superflus qui peuvent parfois nous restreindre dans nos mouvements et nos activités. Dans l’eau, on se sent plus léger. On travaille les muscles en ayant l’impression de faire moins d’efforts. C’est l’avantage qu’offre l’aquabiking. Il s’agit d’une activité qui, semble-t-il, est bien plus exigeante physiquement puisque que pédaler dans l’eau est plus difficile que le faire sur un vélo d’appartement. 

Les cours se déroulent en musique et en rythme. Fessiers, jambes et même bras, tout y passe ! Plus ludique que le vélo et la natation, l’aquabiking compte de nombreux adeptes, dont Stéphane Massin qui s’y prête au jeu au Riverland Sports Club. « On sort de là vidée et fière. En groupe et en musique, on s’ennuie moins qu’être seule sur un vélo de salle. On se sent aussi bien. On dort mieux et on est en pleine forme », explique Stéphane, une habitante de Tamarin. 

Christelle est, elle, adepte de tout ce qui se pratique dans une piscine. L’aquagym et l’aquabike sont deux activités qu’elle a découvertes il y a sept ans. Dorénavant, elle ne jure que par ces activités pour garder la forme : « Ce soir, c’est l’aquagym. Je connaissais le principe, mais je n’étais jamais motivée pour me lancer. Puis je l’ai adopté et c’est génial ! On sent que notre corps bouge. J’ai aussi adopté l’aquabike. Notre corps se dépense vraiment et en plus c’est agréable avec les copines, la musique et tout. On nous dit qu’il faut courir pour maigrir, mais moi je ne supporte pas courir », raconte la jeune mère de famille qui a perdu 12 kilos grâce aux séances dans la piscine de Riverland. 


Pound, la dernière tendance fitness venue tout droit des États-Unis 

Le Pound est un nouveau cours de 45 minutes qui mélange mouvements de danse et exercices de fitness, le tout rythmé par la musique. Des sticks sont utilisés comme des baguettes de batterie. Accessible et fun, l’activité très cardio permet d’évacuer le stress et de sculpter sa silhouette tout en s’amusant. « J’aime beaucoup danser. J’ai découvert le Pound sur YouTube en essayant plusieurs vidéos avec mes copines et nous l’avons adopté il y a quatre mois. C’est amusant et rythmé. Nous nous amusons comme des folles, mes copines et moi », raconte Charline, qui souhaite que le Pound soit vulgarisé à Maurice.

pound

La « Pole dance » mise à contribution

La pole dance est une danse acrobatique pour stimuler tout le corps. C’est parce qu’elle se pratique à l’aide d’une barre métallique verticale que la pole dance offre une telle variété de mouvements. Se suspendre, virevolter autour de la barre et basculer tête en bas sont autant de postures et d’enchaînements qui stimulent haut et bas du corps. À vous le buste en béton, les fesses galbées et les cuisses toniques ! 

pole dancing

Du genre glamour, voire sexy chic, les chorégraphies de pole enseignées dans votre salle de remise en forme promettent de véritablement resculpter votre silhouette grâce à des contractions musculaires maintenues sur la durée. Rachel, une mère de famille qui s’est mise au pôle il y a tout juste un an, souligne que la pole dance n’est surement pas une danse vulgaire. « Il est tout nouveau à Maurice, mais encore tabou car les Mauriciens pensent que la pole dance est synonyme de striptease alors que ce n’est pas le cas. Je la pratique dans un club et à la maison. Pour moi, c’est un sport comme les autres. Ce sont simplement des figures audacieuses inspirées de la gymnastique acrobatique. » 

L’effet gainant du pole qui renforce les muscles en profondeur améliore aussi la posture et l’équilibre. « J’ai enfin compris que je n’aimais pas vraiment faire du sport parce que je trouvais les salles de sport ennuyeuses. C’est dur au début avec une barre, car c’est tout nouveau pour mon corps. Je me suis prise au jeu et chaque semaine, j’attends impatiemment les séances. Il faut aussi arrêter les préjugés de la pole dance, car elle se pratique comme tous les sports. De plus, je reste en tenue de sport », explique Rachel.  

Related Article