Live News

Soupçons d’enrichissement illicite : des gardiens de prison ne veulent pas déclarer leurs avoirs

Grogne au sein du milieu carcéral. Des officiers de prisons expriment des réserves pour déclarer leurs avoirs auprès de l’Independent Commission against Corruption (Icac). Ces officiers ont un délai de 90 jours pour se soumettre à cette exigence. L’échéance est prévue pour mi-juillet. « Ce n’est pas que nous sommes contre cette mesure. Mais nous estimons que les policiers et les douaniers doivent aussi être ciblés. Les gardiens seraient, selon les renseignements du gouvernement, de mèche avec les trafiquants de drogue incarcérés dans les prisons du pays.

Qu’en est-il des policiers et des douaniers ? Pourquoi ne déclarent-ils pas leurs avoirs ? » demandent des gardiens de la General Duties. Le formulaire de la déclaration des avoirs stipule que chaque gardien, gradé ou non, doit impérativement se plier à cette exigence. Ils devront, et ce en vertu du règlement, déclarer leurs avoirs à la retraite. Cette mesure a été introduite afin de combattre l’enrichissement suspect. C’est un phénomène qui a pris une ampleur considérable depuis ces 10, voire 12, dernières années. Les gardiens de prison sont perçus comme étant des « proies faciles » par les trafiquants de drogue incarcérés.

Ces gardiens accepteraient de transporter de la drogue (principalement de l’héroïne et des psychotropes) ainsi que des téléphones portables contre de grosses sommes d’argent. L’administration carcérale affirme qu’il y a une certaine « frustration » chez bon nombre de gardiens de prisons « depuis quelques semaines ». « La déclaration des avoirs est une décision du Cabinet. Ces officiers, qui sont avant tout des fonctionnaires, doivent se soumettre à cette mesure. Peut-être que cette obligation sera à l’avenir étendue aux départements des douanes ou encore à la force policière », fait-elle comprendre. « Nous détenons des informations que nombre d’officiers seraient de connivence avec des trafiquants de drogue. Certaines brebis galeuses sont en train de gérer l’argent des barons de drogue incarcérés », fait ressortir l’administration pénitentiaire. « Si les gardiens de prison n’ont rien à cacher, de quoi ont-ils peur ? » demande la direction.
 

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !