Live News

Soupçon de corruption : les centres de fitness sous haute surveillance dès la semaine prochaine

Prévenir les accidents impliquant des véhicules ayant des déficiences techniques. C’est le but des mesures mises en place par le ministre du Transport, Alan Ganoo. L’accident survenu le 5 novembre, à Pailles, serait la goutte de trop. 

Le ministère du Transport prend le taureau par les cornes en mettant en place des mesures dès la semaine prochaine. Le ministre compte « serrer les vis » en ce qu’il s’agit des contrôles techniques, surtout des poids lourds. Car, il y a des soupçons que certains véhicules passeraient par les mailles du filet.

Il ressort du ministère du Transport que des opérations « crack down » seront organisées sur une base plus régulière. Ces exercices se tiendront aux abords des centres de contrôles techniques. Les inspecteurs de la National Land Transport Authority (NLTA) cibleront des véhicules suspects et surtout des poids lourds, dont des autobus. Ils effectueront des vérifications sur des véhicules qui viennent de passer leur examen pour déceler d’éventuelles tentatives de masquer des anomalies qui ont échappé aux contrôleurs des centres. 

Des détenteurs de poids lourds et d’autobus seront surveillés de près. Les inspecteurs détiennent des informations à l’effet que des propriétaires camoufleraient des défaillances provisoirement pour obtenir un certificat de « fitness ». De plus, l’état de certains véhicules sur les routes laisse penser que des contrôles ont été soit mal effectués, soit que des modifications post-contrôle technique ont été apportées. 

Lundi, lors d’une visite de site à Pailles, le ministre Alan Ganoo a laissé entendre que l’instauration de centres de contrôles techniques destinés uniquement aux poids lourds, est à l’étude. Il a fait comprendre qu’il faudra examiner les coûts de la mise en place de ces centres et les procédures.

Par ailleurs, les centres de contrôle sont, aussi, sous surveillance. Ceux qui sont soupçonnés d’avoir octroyé des certificats à des véhicules qui ne sont pas « road worthy » feront l’objet d’une enquête et risquent de voir leurs licences annulées, affirme une source du ministère. Ce type d’opération a déjà eu lieu dans l’Est, mais la NLTA compte être plus présente sur les routes. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !