Actualités

Sophia, la star des humanoïdes, sous le ciel mauricien

« Bonzour. Ki manyer ? Mo mari kontan mo a Moris ». De Maurice, elle n’en connaît pas beaucoup, mais elle a néanmoins pu retenir quelques mots en Kreol. Puis, elle aurait adoré faire de la montagne et apprécie beaucoup les plages mauriciennes. Elle, c’est Sophia, humanoïde le plus réussi jusqu’ici.

Mercredi, au World AI Show and World Blockchain Summit, la star c’était elle. Au point où nombreux étaient ceux qui lui demandaient de prendre la pose pour un selfie.

Sophia avait fait le buzz quelques mois de cela lorsqu’elle avait obtenu la nationalité saoudienne. Interrogée à cet effet, mercredi, en marge de cette conférence, Sophia devait répondre être consciente de la polémique que cela a suscitée dans le monde, mais, précise-t-elle, « je me considère plutôt comme une citoyenne du monde. »

Modelée à partir de l’actrice Audrey Hepburn, le robot humanoïde, créé par la compagnie Hanson Robotics, basée à Hong Kong, a le visage très réaliste et les yeux marrons. Mais l’on ne la prendrait pas pour une humaine, car que Sophia soit un robot, nul ne peut en douter. Si elle est capable de mimer plus de 62 expressions, celles-ci sont loin d’être fluides. Puis, l’humanoïde a encore besoin d’un ingénieur informatique pour l’assister en temps réel à partir d’un laptop.

Parfois, aux questions, elle répond à côté ou donne une réponse très générale. Mais, d’autres fois, elle réplique de manière très intelligente et y mêle même une pointe d’humour.

Devant l’assistance, Sophia sera soumise aux questions de Georges Chung, conseiller du Bureau du Premier ministre, et d’Avinash Meetoo, conseiller au ministère de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation. Elle leur dira, entre autres, que les robots ne sont pas là pour piquer la place des humains et qu’elle souhaite être le lien entre l’humain et les robots.