People

Soodesh Greedharree : un jardinier aux doigts fleuris

Soodesh Greedharree Cela fait plus de 20 ans que Soodesh Greedharree exerce le métier de jardinier.

Il est réputé pour l’amour et la patience avec laquelle il cultive ses plantes. Son travail impressionne. Ce jardinier s’occupe des espaces verts de nombreuses personnalités à Maurice.

À l’heure de l’autonomisation, les Mauriciens sont nombreux à se tourner vers les métiers à col blanc. Soodesh Greedharree, lui, préfère la couleur de la terre sur ses mains. Aujourd’hui âgé de 46 ans, il exerce le métier de jardinier depuis plus de deux décennies. « Je le pratique en toute sincérité. Ma passion est devenue mon gagne-pain. Mes employeurs sont satisfaits de mon travail. Ils me recommandent souvent à leurs cercles d’amis, composés de hauts cadres et d’enseignants », explique l’habitant de Verdun.

« Choisissez un travail que vous aimez ; vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie », aime se répéter Soodesh Greedharree. Faute de moyens, il met fin à sa scolarité en Form V. Il se lance alors dans l’élevage de vaches laitières. Il s’intéresse aussi à la culture de  légumes. « Cela me faisait du bien de planter. J’appréciais ce contact avec la terre. Semer une graine, la voir pousser et prendre soin de la plante, tout cela me procurait une énorme satisfaction. C’est comme cela que j’ai découvert que j’avais la main verte », confie notre interlocuteur. Il s’essaie également au jardinage. Il éprouve les mêmes sensations. « Le jardinage me permettait d’apprécier la beauté de la nature et de faire le plein de positivité. C’est devenu ma passion, puis mon métier. »

Il insiste que le jardinage n’est pas un travail stressant. « Il n’y a pas de délai à respecter ou de travail qui s’accumule. Il faut nourrir d’amour et de patience les plantes et les fleurs », dit-il. Toutefois, Sooresh Greedharree précise qu’il a un plan de travail à suivre.

Sa journée débute à 5 heures. Il travaille sept jours sur sept. Il fait quelques tâches ménagères et prépare ses deux enfants pour le collège. L’un est en HSC et l’autre en Form IV. Puis il se consacre à plein-temps à l’entretien des jardins d’une compagnie. Dans l’après-midi, il se rend chez des particuliers. Il se charge alors d’embellir et de nettoyer leur jardin : tondre la pelouse, tailler des arbustes, planter, arroser les plantes et préparer le compost sont autant de tâches auxquelles il s’adonne. « J’évite d’utiliser des produits chimiques pour l’entretien des jardins. Je dois me munir de divers outils : cisailles, sécateur et ciseaux. »

Soodesh Greedharree constate que les Mauriciens aiment les roses, la granada gold surtout, la marguerite et les glaïeuls, entre autres fleurs. « D’autres préfèrent les arbustes. Je me charge de leur donner une forme. Ils sont majoritairement utilisés pour former des haies », résume-t-il.

Le jardinier déplore le fait que les jeunes ne soient plus intéressés à exercer ce métier qu’il qualifie de noble. Il veut continuer à se salir les mains dans la nature pour mieux apprécier sa richesse et sa magnificence. Soodesh Greedharree se dit heureux de son parcours. « Mon épouse travaille également. Avec nos salaires, nous arrivons à subvenir à nos besoins », conclut-il.