Live News

Son nom cité dans le rapport Lam Shang Leen : Me Pyaneandee réclame des procès-verbaux de la commission d’enquête

L’avocat Coomara Pyaneandee. L’avocat Coomara Pyaneandee.

Le vice-président du Comité des Nations-Unies sur les droits des personnes handicapées, Me Coomara Pyaneandee, a saisi la Cour suprême. Il réclame une copie des procès-verbaux de la commission d’enquête sur la drogue, le concernant. Cela afin de contester certaines conclusions du rapport à son égard.

Il entend contester les conclusions du rapport de la commission d’enquête sur la drogue le concernant. Pour cela, il dit avoir besoin de copies des procès-verbaux de ladite commission. Me Coomara Pyaneandee est aussi vice-président du Comité des Nations-Unies sur les droits des personnes handicapées. Il a logé une motion devant la Cour suprême. L’affaire a été appelée le lundi 3 septembre 2018 devant le chef juge suppléant, Eddy Balancy.

Sa requête est dirigée contre Koosiram Conhye, secrétaire de la commission d’enquête et Motichand Seebah, secrétaire du bureau de la présidence de la République. Tous deux sont cités comme défendeurs. L’État et l’Attorney General (AG) sont cités comme codéfendeurs.

Me Rasmi Camiah, Deputy Chief State Attorney, représentant les deux défendeurs, a présenté deux affidavits jurés par Koosiram Conhye et Motichand Seebah respectivement. Dans ces affidavits, ils demandent à la Cour suprême de rejeter la requête de l’avocat.

«Was he acting as a spy?»

Me Doorgesh Kumar Manikaran, Senior State Attorney et représentant les codéfendeurs, lui, a déclaré que l’État et l’AG se conformeront à la décision de la Cour suprême. L’affaire a été ajournée au 17 septembre.

Dans un affidavit rédigé par Me Manon Mardemootoo, Senior Attorney, Me Coomara Pyaneandee indique que son nom a été cité dans le rapport de l’ancien juge Paul Lam Shang Leen sur la drogue. Ce dernier a notamment écrit que Me Coomara Pyaneandee a rendu visite en prison au trafiquant de drogue Rajen Velvindron, alors que ses services n’avaient pas été sollicités par ce détenu.

Toujours selon le rapport, Me Coomara Pyneeandee aurait rendu visite en prison au témoin à charge contre le trafiquant Rajen Velvindron, un dénommé Joseph Jacharee Bottesoie. «The allegation made by Mr Bottesoie against counsel is very serious, asking him not to implicate Mr Velvindron in return for financial reward», a souligné Paul Lam Shang Leen.

Le rapport cite un autre cas où l’avocat a visité en une même occasion cinq détenus, dont un nommé Altaf Jeeva. Le rapport avance que dans ce cas présent, les services de Me Coomara Pyaneandee n’avaient pas été retenus et s’interroge : « Was he acting as a spy for other more important drug dealers… ? » L’avocat se dit insatisfait de ces conclusions à son égard. Il souligne dans son affidavit avoir donné des directives à son avoué pour loger une demande de révision judiciaire (Judicial Review) pour revoir cette partie du rapport.

Me Coomara Pyaneandee dit avoir écrit par l’intermédiaire de son avocat, Me Nanda Kistnen, au secrétaire de la Présidence pour obtenir une copie de ces extraits. Motichand Seebah a répondu qu’il ne serait pas approprié de communiquer les procès-verbaux sans un ordre de la Cour suprême. D’où la démarche de Me Coomara Pyaneandee.