Live News

Son amant tué par son époux - Marie : «J'avais finalement trouvé le bonheur avec David...» 

David (à gauche) a reçu deux coups de couteau en plein cœur. À droite, le suspect Marcus Calou.

David James William, 35 ans, est mort des mains de son rival, Louis Dario Marcus Calou, 50 ans, dimanche à Flacq. À l’origine de ce drame, une histoire d’amour interdite entre Marie A.C., 44 ans, l’épouse du suspect; et David James William. Victime de violence conjugale, elle en avait assez des coups et voulait entamer une nouvelle vie. Rejetée par les proches de son époux et chassée de chez son amant tué, elle a tout perdu. Retour sur une histoire d’amour grandissante, stoppée nette par une jalousie meurtrière.

Marie A.C. est meurtrie. Cette mère de famille a perdu le goût de vivre. « Depuis dimanche, je ne mange plus, je ne peux pas. Mo bwar zis dithe ek dilo », lâche celle qui est au cœur de tout ce tourment. La voix nouée par le chagrin, elle regrette la situation dans laquelle elle a plongé la famille de David et celle de son époux. À cette période de sa vie, elle ne s’attendait pas à rencontrer l’amour. 

« J’ai déjà été en couple une première fois, j’étais jeune. J’ai eu deux enfants, cela n’a pas fonctionné, car mon compagnon était alcoolique », dit-elle. 

Puis elle fait la connaissance de Dario Marcus Calou, domicilié à Bel-Air-Rivière-Sèche. Elle pense alors que la vie auprès de son nouveau compagnon serait meilleure. « Nous nous sommes mariés. Nous étions bien ensemble pendant les premières années », explique-t-elle. Mais, peu après, son quotidien a changé. 

« Marcus a commencé à être violent. Il s’emportait pour un rien. Il est devenu très jaloux. Je ne pouvais pas travailler et encore moins avoir des amis. C’était des sujets de discussion. Lorsque je lui tenais tête, il me frappait », raconte-t-elle. Il y a ensuite eu l’arrivée de leurs deux filles. Marie A.C. gardait espoir que son époux changerait Notre couple ne fonctionnait plus », à en croire l’épouse. Mais celle-ci dit être quand même restée. « J’ai tenu le coup pour mes enfants. Mon mari ne pouvait me voir parler à un homme sans qu’il n’insinue que j'avais une liaison. Kan li dormi, li met sabre kot mo latet », explique-t-elle. Marie dit avoir supporté pendant de nombreuses années ces agissements. « J’ai tenu le coup durant 25 ans. J’ai pris mon mal en patience. Mo ti prisonnier dans lakaz », dit-elle. Cependant, elle a fini par céder quand elle a fait la connaissance de David qui habitait à Bramsthan, Flacq.

Rencontre sur un chantier 

Leur rencontre a eu lieu sur un chantier. « David était ferrailleur. Il m'a abordée en premier », se souvient-elle. Le courant passe bien entre eux. Ils ne tarderont pas à échanger leurs coordonnées. « Nous sommes devenus amis sur Facebook également », explique-t-elle. Puis, très vite, ils sont devenus plus que des amis. « Je lui faisais part des soucis que je rencontrais avec mon époux. Seki mo ti kontan avek David, li ti ekout mwa ». Comme Marcus, est gardien de nuit, Marie en profite alors pour échanger des messages avec son nouvel ami de 10 ans son cadet. Leur amitié a laissé place à un amour grandissant.

« Avec mon époux, je vivais un enfer. J'avais finalement trouvé le bonheur avec David », lâche-t-elle. Puis, un jour, Marcus a découvert le pot-aux-roses. « Mon époux a pris mon cellulaire et il a tout de suite constaté un numéro qui appelait régulièrement. Vert de jalousie, il m’a demandé des explications. Je ne lui ai rien caché. Je lui ai dit que j’avais un autre homme dans ma vie. Li mem linn pran telefonn linn telefonn David. Li dir ki li pe met mwa deor. Li dir ki li pe al travay kan li revini monn bizin fini ale ». Ce soir-là, David est venu récupérer Marie A.C. 

Le trentenaire a pris sous son toit sa maîtresse. Mais leur souci était loin d’être réglé. « En plusieurs occasions, nous avons reçu des menaces de mort de la part de mon époux. David, qui était toujours calme, disait que mon époux cesserait de nous importuner ». 

Une relation que les proches de David ont eu du mal à accepter. Tout dernièrement, elle est retournée chez son époux, mais la situation avait déjà empiré. Le samedi 16 février, David est allé la prendre avec ses deux filles. 

Et, dimanche, le malheur a frappé. Marcus s’est confronté à David. Armé d’un couteau, il a assené deux coups à son rival en plein cœur. David est mort sur le coup, dans la rue.

Marie a dû quitter la localité pour trouver refuge ailleurs. « Je ne vis plus depuis sa mort. Je l’aimais. Après tout ce qu’on a enduré, arrêtez de me juger », lâche la dame en pleurs. Elle n’a pu se rendre aux funérailles de David.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !