Actualités

Sir Anerood Jugnauth: «La Grande-Bretagne n’a aucune intention de restituer les Chagos»

À l’Assemblée nationale, hier, le Premier ministre n’a laissé planer aucun doute sur la volonté de son gouvernement d’assurer que la souveraineté de Maurice sur les Chagos soit sauvegardée. Le Premier ministre affirme être sur la bonne voie concernant le dossier Chagos. Sir Anerood Jugnauth a annoncé  qu’il rencontrera, le président du Groupe Réfugiés Chagos, Olivier Bancoult, à son retour au pays si ce dernier le souhaite. Il affirme par ailleurs que Maurice peut compter sur le soutien de l’Inde, au niveau de l’Organisation des Nations unies (ONU),  sur cette question en dépit des lobbies exercés par les états-Unis. D’autre part, si  jamais la Grande-Bretagne répond favorablement en fixant une date pour la restitution du contrôle des Chagos à Maurice, le gouvernement ne saisira pas la Cour internationale de justice à ce sujet. Pour rappel, l’extension du  délai accordé  aux Britanniques pour une réponse au gouvernement mauricien expire en cette fin de semaine. Il répondait, mardi, à l’Assemblée nationale, à la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition, Paul Bérenger. La question était axée sur l’intérêt que porte le haut-commissariat de Maurice à Londres sur ce jugement de la Chambre des Lords concernant un appel logé par le Groupe Réfugiés Chagos. Le leader de l’opposition réclamait des précisions sur les démarches entreprises afin de soulever ce dossier  à la prochaine Assemblée générale de l’ONU. « C’est évident que la Grande-Bretagne n’a aucune intention de retourner Les Chagos à Maurice. Je ne leur fait aucunement confiance. Quand il s’agit de leurs intérêts, might  is  right», a-t-il déclaré entre autres. Et d’ajouter que Maurice ne reconnaît nullement le « so-called British Indian Ocean Territory. » Le chef du gouvernement a précisé, avec fermeté, la position de son gouvernement sur la question. « Nous sommes conscients de nos responsabilités et pour cela mon gouvernement et moi, nous nous épargnons aucun effort pour atteindre l’objectif que nous nous sommes fixé. Nous allons prendre avantage de tous les forums qui pourraient servir notre cause. »

Soutien de l’inde

À une interpellation supplémentaire du leader de l’opposition, le PM a dit sa conviction que Maurice peut, sur ce dossier, compter sur son allié de toujours, l’Inde. «De par les relations privilégiées que nous partageons avec l’Inde, je prends pour acquis leur soutien à notre cause», a souligné sir Anerood. Aux multiples autres interpellations supplémentaires de Paul Bérenger, sir Anerood ne s’est pas départi de son flegme. « J’ai été assez bon en acceptant d’étendre le délai avant de saisir la Cour internationale de justice pour un avis consultatif. Nous allons attendre, tout dépendra des propositions de la Grande-Bretagne. Si nous trouvons un consensus, nous n’irons pas de l’avant pour exiger une résolution devant les Nations unies. Des décisions seront prises en temps voulu. » Le Premier ministre a aussi mis l’accent sur le fait que la question de la souveraineté et le retour des Chagossiens sur leur île était indissociable. « La question de notre souveraineté sur les Chagos est d’intérêt national d’où une approche concertée. Je vais considérer la nécessité d’organiser une autre réunion du comité que je préside et que j’ai mis sur pied en mars 2015, après le jugement de mars 2015 dans l’affaire de Maurice contre la Grande-Bretagne. »  
 

Shakeel Mohamed: « Nous allons souffrir économiquement si les menaces sont mises à exécution »

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"17440","attributes":{"class":"media-image alignright wp-image-29611","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"250","height":"300","alt":"Shakeel Mohamed"}}]]Si les États-Unis et la Grande-Bretagne mettent à exécution leurs menaces économiques, l’Île Maurice en souffrira. C’est l’opinion exprimée lors d’une conférence de presse, mardi 5 juillet, par le chef de file du Parti travailliste (PTr) au Parlement, Shakeel Mohamed. Il s’exprimait sur la tournure qu’ont prise les échanges entre le gouvernement mauricien et les deux superpuissances. Ces dernières ont émis un communiqué conjoint brandissant la menace de sanctions économiques si le Premier ministre sir Anerood Jugnauth saisit la Cour de justice internationale pour trancher sur la souveraineté de Maurice sur les Chagos. Malgré tout, estime le député rouge, le pays doit persister dans la voie choisie. « Il est clair que les États-Unis et la Grande-Bretagne sont des superpuissances, non seulement sur le plan militaire, mais également économique, a déclaré Shakeel Mohamed à une question du Défi Quotidien. Il est dans notre intérêt d’être en bons termes avec eux et que notre diplomatie fonctionne. » Toutefois, le député du PTr n’a pas hésité à durcir le ton vis-à-vis des deux puissances occidentales. « Nous allons souffrir économiquement si les menaces sont mises à exécution, concède Shakeel Mohamed. On peut reculer par peur, ou aller de l’avant au nom d’un principe. La voie diplomatique est prioritaire, mais on ne peut pas se contenter d’attendre. Ce sera peut-être douloureux, mais au nom des principes, il faut le faire. » Shakeel Mohamed a toutefois exhorté le gouvernement à adopter une stratégie de communication plus en phase avec le XXIe siècle. « J’ai proposé au Premier ministre de changer de stratégie, a expliqué le député. Il faut utiliser les réseaux sociaux et le numérique pour mener une campagne en faveur de Maurice sur la scène internationale. » Cela permettrait, selon lui, de fédérer la population autour d’un nouveau projet : « Compléter notre indépendance. » Comme les États-Unis sont en pleine année électorale et que la Grande-Bretagne nage en eaux troubles avec la démission annoncée du Premier ministre David Cameron, Shakeel Mohamed estime que l’heure est propice à lancer un appel aux lobbyistes professionnels qui peuvent agir auprès du Sénat et du Congrès américains, ainsi que les grandes universités de ce pays.  
 

Danielle Selvon: « Il faut un plan sur l’avenir des Chagos »

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"21191","attributes":{"class":"media-image alignleft size-full wp-image-35193","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"250","height":"300","alt":"Danielle Selvon"}}]]La députée indépendante de la circonscription no 1 (Petite-Rivière/Grande-Rivière-Nord-Ouest) Danielle Selvon a tenu à faire une déclaration au Parlement hier mardi 5 juillet à la fin des travaux, sur la question des Chagos. La députée, faisant à la fois l’éloge du Premier ministre et du leader de l’opposition, a appelé à l’unité autour de ce dossier : « Il y a une nécessité de mobiliser tout le pays et de mobiliser les Chagossiens à nos côtés. Il faut obtenir leur retour aux Chagos sous le drapeau mauricien. Il faut venir de l’avant avec un plan sur l’avenir des Chagos. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation