Faits Divers

Simla Ramkissoon, collègue des pompistes percutés : «J’ai dit aux deux policiers d’appeler une ambulance»

Simla Ramkissoon, le témoin et Rohit Gobin, la victime.

Cinq jours se sont écoulés depuis l’accident tragique à la station-service d’IndianOil de Wooton, qui a fait un mort. Simla Ramkissoon, qui en a été témoin, raconte comment elle a vu ses collègues Rohit Gobin et Daniel Lamarque se faire balayer par le 4x4 de la police. Encore sous le choc, elle confie qu’elle n’arrive plus à dormir, à cause des images horribles qui lui reviennent sans cesse en tête. Voici son récit. 

Mardi 26 novembre. Cette date est à marquer d’une pierre noire pour Simla Ramkissoon. Dans le récit qui suit, la pompiste de la station-service d’IndianOil de Wooton raconte les instants qui ont précédé le tragique accident de mardi, dans lequel a péri l’un de ses collègues. Voici son histoire. 

Il est 10 h 30 quand elle prend place, avec ses collègues Rohit Gobin et Daniel Lamarque, près d’une pompe à essence. « Nou ti pe asize. Nou ti pe koze ek badine », se remémore l’habitante de Cluny. Comme il fait froid, les deux hommes lui demandent si elle peut leur préparer un bon thé chaud. La pompiste se lève et entre dans le bâtiment. « Après avoir enclenché la bouilloire, je me suis retournée pour regarder dehors. C’est là que j’ai vu le véhicule de police arriver dans notre direction », relate-t-elle. 

Les deux hommes n’ont pas eu le temps de s’échapper. Le 4x4 les a balayés sur son passage. « En un clin d’œil, j’ai vu le véhicule projeter Rohit sur l’asphalte, près de notre bâtiment, environ six à sept mètres plus loin. Après la chute, son corps est resté immobile. Il ne réagissait plus », poursuit Simla Ramkissoon. Tétanisée et sous le choc, elle a hurlé et s’est retournée pour chercher de l’aide auprès de Daniel Lamarque. Celui-ci lui a dit qu’il avait des difficultés à marcher. Elle l’a aidé à s’asseoir. 

La pompiste a ensuite téléphoné à Sanjeev Jankee, qui est le directeur de la station-service. Entre-temps, des badauds se sont attroupés sur le lieu de l’accident. Après avoir informé son patron, Simla Ramkissoon s’est dirigée vers les deux policiers, qui se trouvaient encore dans le 4x4. « Je leur ai dit d’appeler une ambulance, parce qu’il y avait deux blessés graves. Ils m’ont répondu oui en hochant la tête. Mais au final, ils n’ont rien fait. Je les ai ensuite perdus de vue », précise-t-elle. Les deux policiers, eux, se sont réfugiés derrière la station-service pour se cacher. « Si lapolis pe fer bann zafer koumsa, ki lexanp pe donn piblik ? » se demande l’un des badauds présents sur les lieux. 

Cinq jours se sont écroulés depuis l’accident et Simla Ramkissoon est encore sous le choc. « J’ai du mal à manger et à dormir. Ces images me reviennent en tête. J’ai constamment la migraine. Li pa fasil seki finn arive. Mo leker fermal… » confie la pompiste, qui pleure la disparition de son collègue Rohit Gobin, dont elle garde le souvenir d’un homme débrouillard. Les funérailles de celui-ci ont eu lieu le vendredi 29 novembre, soit le jour où sa benjamine fêtait ses 18 ans. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !