Xplik ou K

SILWF : depuis 12 ans, on lui refuse le poste de monitor

M. Rajman Gujadhur. M. Rajman Gujadhur.

Rajman Gujadhur, habitant de Camp Ithier, âgé de 59 ans, est membre de Social Welfare and Community Centres Employees Union. Il se plaint que depuis 2006, on rejette sa candidature pour un poste de monitor dans les centres, alors que des employés moins qualifiés l’ont eu. Il affirme avoir rapporté la chose à plusieurs reprises au Sugar Industry Labour Welfare Fund (SILWF) Committee, sans aucune réponse.

C ‘est en 1987 que Rajman Gujadhur s’est joint au SILWF en tant que gardien de nuit à titre temporaire. En 2006, il soumet sa candidature comme monitor (aujourd’hui Community Support Assistant - CSA) au Isidore-Rose, Le Queen and Riche Mare Community Centre. Il soumet une nouvelle fois sa candidature en 2010. N’obtenant aucune réponse, Rajman Gujadhur écrit au SILWF le 30 mars 2011.

Le 7 décembre 2011, il s’adresse à la Commission for Conciliation and Mediation. Le 23 décembre, il a une réunion informelle avec la Commission. Le 25 octobre 2012, un sitting a lieu à l’Employment Relations Tribunal (ERT). Le 10 décembre 2015, il se plaint auprès du secrétaire permanant suite à la conclusion du département de ressources humaines du SILWF qui écrit : « It is obvious that Mr R. Gujadhur is eligible for the post of Motivator. »

En décembre 2016, nouvelle lettre de candidature soumise pour le poste de CSA au Colonel Maingard Community Centre, Batimarais Community Centre et Trèfles Community Centre (Rose Hill).

Ces appels à candidatures furent publiés dans la presse en novembre 2016 et les entretiens d’embauche furent conduits en novembre 2017 (pour le centre de Trèfles) et en janvier 2018 (pour le centre Colonel Maingard et de Batimarais).

Le 8 septembre 2016, Rajman Gujadhur avait écrit à l’Equal Opportunities Commission. Comme aucun appel pour remplir un poste n’est publié entre 2016 jusqu’à présent, il écrit de nouveau à la Commission, il y a quatre mois. On lui répond que son cas est en cours d’examen.

A-t-on agi avec partialité au niveau du SILWF ? Selon une source bien placée de cette instance, « il est faux de dire que le SILWF pratique le favoritisme. » Selon elle, tout se fait dans les normes et la transparence, surtout par rapport au recrutement du personnel et des promotions.

Quant au ministère de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, ministère de tutelle du SILWF, un préposé a déclaré qu’une enquête sera initiée suite à la plainte de Rajmun Gujadhur.

La réponse du PMO

Le 28 septembre 2018, il adresse un courrier au bureau du Premier ministre. La réponse du PMO, datée du 8 octobre 2018, est comme suit : « I am directed to acknowledge receipt of your letter dated 8 September 2018 addressed to the Honourable Prime Minister and wish to inform you that the matter has been referred to the Ministry of Gender Equality, Child Development and Family Welfare for consideration at his end. » Elle est signée S. Mootien, Secretary to Cabinet and Head of the Civil Service.