People

Shyam Mussai, instructeur à l’Ottawa Driving School: «Le nombre d’accidents à Maurice est effroyable»

Shyam Mussai
Shyam Mussai est instructeur de conduite à Ottawa. Il estime que 30 % des conducteurs ne respectent pas le Code de la route au détriment de la sécurité de tous les usagers des routes. « Maurice est un petit pays et le nombre d’accidents, surtout fatals, sur les routes est non seulement consternant, mais aussi effroyable », estime Shyam Mussai, 59 ans, établi au Canada depuis plus d’une trentaine d’années avec sa famille. Il déplore que malgré les efforts du gouvernement, le nombre d’accidents ne baisse pas. « C’est aux usagers de la route, qu’ils soient piétons ou conducteurs de deux ou quatre roues, d’adopter la bonne attitude. C’est ce qui va permettre d’assurer la sécurité de tout un chacun », dit-il. Employé de l’Ottawa Driving School depuis 2007, il donne des cours de conduite aux conducteurs débutants qu’ils soient jeunes ou moins jeunes. Pour lui, il est important pour un débutant d’apprendre avec un instructeur plutôt qu’avec un membre de la famille. « De cette façon, la personne apprend avec méthode et n’acquiert pas de mauvaises pratiques. » Selon lui, le gouvernement pourrait motiver les jeunes débutants à apprendre à travers une auto-école en leur accordant des facilités. « Il pourrait y avoir des “schemes” pour les assurances, car quelqu’un qui apprend à conduire deviendra sûrement un propriétaire de voiture. » Que ce soit à Maurice ou ailleurs dans le monde, Shyam Mussai estime qu’il est plus approprié d’adopter la « defensive driving ». Selon lui, de cette façon, le conducteur débutant arrive plus facilement à maîtriser son véhicule, à gérer son temps, à contrôler sa vitesse. « Autant de garde-fous qui préviennent un accident », souligne-t-il. Il ajoute qu’en conduisant avec retenue et méthode, un chauffeur peut plus facilement détecter les mauvaises pratiques d’un autre conducteur.

Pas de permis permanent

Selon Shyam Mussai, le gouvernement mauricien a fait une très bonne chose en installant des speed cameras  pour forcer les chauffeurs à respecter la limitation de la vitesse. « Mais il faut que les panneaux de signalisation ne soient pas des objets de décoration. Il faut que les chauffeurs comprennent qu’ils assurent leur sécurité, celle de leurs passagers mais également des autres conducteurs. » Shyam Mussai se dit disposé à aider le gouvernement mauricien en partageant son expérience. « Dans le passé, j’ai rencontré le conseiller en matière de sécurité routière d’alors Ben Buntipilly. Il était venu à Ottawa pour avoir une idée des pratiques en vigueur afin de les introduire à Maurice. Mais après il y a eu le changement de gouvernement ! » Qu’à cela tienne, Shyam Mussai réitère sa volonté d’aider Maurice. Entre-temps, il suggère au gouvernement de proposer des programmes de sensibilisation à la radio et à la télévision pour expliquer aux jeunes les dangers qui les guettent sur la route. Il estime que les autorités ne devraient pas donner de permis permanent aux jeunes conducteurs. « Il faut faire comme au Canada et  quelques autres pays. Quand un chauffeur a réussi  son examen de conduite, il ne reçoit pas un permis permanent. On lui délivre un permis temporaire. Il est suivi pendant deux ans. Si pendant cette période probatoire, il n’a pas eu d’accident ou n’a pas fait d’entorse au code de la route, il a son permis permanent. » Selon Shyam Mussai, cette pratique permet non seulement de responsabiliser le chauffeur débutant, mais l’oblige à devenir plus attentionné et sérieux au volant. Il ajoute aussi que l’examen de conduite ne devrait pas être limité à la ville. « Il faudrait aussi que le conducteur passe son permis sur l’autoroute, car c’est le lieu de nombreux accidents. » Il est d’avis que c’est une bonne chose si la loi est plus sévère à l’égard des conducteurs imprudents. « Ils vont alors réfléchir deux fois avant de conduire n’importe comment. » Autre conseil de Shyam Mussai : qu’il y ait une voie réservée aux cyclistes. « Il n’y a qu’à Maurice où vous croisez cyclistes et piétons circulant allègrement sur l’autoroute. C’est inadmissible et cela défie toutes les lois de la sécurité routière. Il faut un changement de comportement et d’attitude de tout un chacun pour prévenir les accidents et faire de Maurice un exemple », dit-il.
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !