Interview

Sheetal Khadun - Miss Universe Mauritius 2015: «Je prends de la hauteur»

Elle s’est retrouvée au centre de la polémique après la publication d’une vidéo sur les réseaux sociaux, où des internautes l’ont accusée d’avoir fait le « pire défilé » au concours Miss Universe 2015, aux Philippines en décembre dernier. Sheetal Khadun parle de montage. Comment vous êtes-vous retrouvée dans le concours Miss Universe 2015 ? J’ai été choisie par le Comité national pour représenter Maurice au concours Miss Universe 2015. Ce fut un grand honneur pour moi, surtout après avoir représenté mon pays au concours Miss World 2014. Naturellement, j’étais beaucoup plus à l’aise que beaucoup d’autres concurrentes. L’île Maurice était à honneur. Certains ont taxé votre prestation de « pire défilé ». Comment vivez-vous cela ? La critique est facile. Ce qu’il faut savoir, c’est d’où viennent ces commentaires négatifs. C’est l’opinion d’un internaute, qui a voulu mettre l’accent sur des aspects négatifs. Cela ne signifie pas que c’est l’opinion de tous. Ce qu’a fait cet internaute n’a pas de sens. D’ailleurs, la vidéo a été retirée. Je ne veux pas commenter davantage. Moi, je sais que j’attire tout ce qui est positif et je prends de la hauteur par rapport à cette histoire. Ces critiques sont-elles justifiées ? Nullement ! Cette vidéo est un montage et les informations ne sont pas exactes. Il n’y a qu’à visionner les vidéos officielles pour évaluer ma prestation. La vérité se trouve dans les vidéos officielles. Moi, je suis fière de mon passage à Miss Universe. J’étais à l’aise. Franchement, je ne me prends pas la tête. Au contraire, ces critiques me rendent plus forte. Si je n’étais pas importante, on n’aurait pas dit des choses aussi déplaisantes à mon propos. On ne s’intéresserait pas à moi. Et puis, chacun a son opinion, mais ce qui est faux reste faux. Pensez-vous que le public réalise le stress et le travail derrière une participation à un concours international de Miss ? C’est vraiment trop facile de s’asseoir dans son fauteuil et de critiquer ceux ou celles qui se bougent pour leur pays. Pour ce genre de responsabilité, il faut d’abord avoir les qualités pour être choisie. Par la suite, il faut porter le drapeau de Maurice très haut. C’est ce que j’ai fait durant tout le concours. Résultat : je me suis retrouvée parmi les 15 meilleures lors du Talent Show, où j’ai dansé un séga de mon pays. Cela fait quoi de représenter le pays ? J’ai été très touchée et fière de la confiance placée en moi par notre présidente Primerose Obeegadoo, et tout le Comité national. Je peux vous dire que cette confiance m’a amenée très loin. Il n’est pas donné à tout le monde de représenter Maurice à ces deux grands concours mondiaux. Pour Miss World, il y avait 120 concurrentes et pour Miss Universe 80. Cela me fait au total 200 amies qui, comme moi, ont à cœur leur pays. Pas besoin de vous dire que j’ai un carnet d’adresses très riche pour la vie. Quels sont vos projets ? J’ai plein de projets au niveau national. Je fais aussi du social. Puis, j’ai été Brand Ambassador de Miss Diva India. J’ai même reçu un award Beauty Star de l’acteur Manoj Tiwari, qui siège aujourd’hui au Parlement indien. Ce qui m’a ouvert plusieurs portes. J’ai eu l’occasion de prononcer un discours sur l’avortement en Inde. J’ai établi de nombreux contacts. D’ailleurs, j’ai reçu des offres pour des films à Bollywood et pour des séries. Je suis toujours en train de réfléchir. Pensez-vous déjà à l’après-Miss ? Je travaille déjà en étroite collaboration avec Madame Obeegadoo et le Comité national pour le lancement du concours Miss Mauritius 2016. Je travaille aussi en tant que freelance fashion designer et artiste. L’avenir me dira quelle voie prendre…