Shameelee Luchooa : des doudous et des poupées 100% mauriciens

Par Leena Gooraya-Poligadoo O commentaire
Shameelee Luchooa

Ses créations représentent les couleurs tropicales de l’île Maurice et sa culture. La confection des poupées habillées en danseuses de sega ou encore des dodos à motifs. C’est ce qui rend Shameelee Luchooa heureuse et fière.

Donnez-lui des morceaux de toile, elle les transforme en de petites créations locales. C’est en 2005 que Shameelee a commencé à fabriquer des doudous et des poupées en tissu. « En fait, je suis couturière depuis plusieurs années. Quand mon fils est né, j’ai fabriqué une petite tortue pour lui en utilisant des restes de tissus. J’étais moi-même surprise de ma propre création », raconte cette habitante d’Épinay. C’est ainsi que l’idée lui est venue de fabriquer des peluches et des poupées en chiffon. Graduellement, elle a commencé à confectionner d’autres animaux et des poupées avec différents types de tissus.

Pour lancer son activité de manière professionnelle, elle s’est enregistrée auprès de l’ancienne Small and Medium Entreprises Development Authority (Smeda), le National Women Entrepreneur Council (NWEC) et d’autres organismes qui soutiennent les entrepreneurs. « Après avoir effectué les procédures, mon entreprise Shams’ Toys est finalement devenue une réalité », dit-elle. L’entrepreneure dit être aussi reconnaissante envers les organismes qui lui ont offert des formations supplémentaires et qui l’ont aidée pour la mise en place de son business. Shameelee avance qu’elle participe souvent aux foires régionales pour exposer son savoir-faire. « D’ailleurs, je dois dire que c’est grâce à des foires que j’ai réussi à renforcer ma clientèle », fait-elle ressortir.

C’est en confectionnant un doudou pour son fils qui venait de naître que Shameelee s’est découvert une passion pour ce genre de créations.

Entre Rs 150 et Rs 500

L’entrepreneure explique que ses produits sont aussi exposés dans le magasin Duty Free à l’aéroport. Aujourd’hui, elle gère un magasin à Grand-Baie. Elle cible principalement les touristes et les Mauriciens qui vivent à l’étranger. « Au premier regard, on constate déjà que mes créations ont une touche locale et exotique. Je mise beaucoup sur les couleurs tropicales pour fabriquer des animaux emblématiques de Maurice, notamment le dodo et la tortue. Par ailleurs, je fais des poupées portant la fameuse jupe ‘sega’ », explique notre interlocutrice. Elle soutient que les touristes ont un engouement pour les poupées à la peau foncée et qui portent des vêtements de danseuses de sega. « C’est un produit qui reflète totalement la culture mauricienne que les étrangers souhaitent garder comme souvenir ».

Par jour, elle peut vendre entre Rs 1 500 et Rs 2 000 de produits. Les prix varient entre Rs 150 et Rs 500. « Pendant les foires, je revois les prix à la baisse pour les Mauriciens », dit-elle. Shameelee travaille aussi sur les commandes. « Souvent, je reçois des commandes pour une centaine de poupées. Je le fais selon la demande du client », dit-elle. Au fil des années, elle s’est aussi diversifiée dans la fabrication de sacs en toile avec des dessins et des images de l’île Maurice. « C’est un produit qui se vend aussi bien », dit-elle.

L’entrepreneure est fière de ce qu’elle fait. «  C’est un métier qui me passionne beaucoup. À travers la fabrication des poupées, j’estime que je contribue à promouvoir l’image de notre pays à l’étranger », avance-t-elle. Par ailleurs, cette activité l’a aidée à avancer financièrement, notamment pour payer les études de ses enfants. Shameelee Luchooa est mariée et est mère de deux enfants, une fille de 22 ans et un fils âgé de 12 ans.