Economie

Services financiers - Global Business : des actifs 50 fois supérieurs au PIB

Port Louis

Le domaine du Global Business compte des actifs cumulés représentant $ 686 milliards (environ Rs 23 667 milliards). Cette somme est 50 fois supérieure au montant du produit intérieur brut (PIB) domestique. La contribution de ce secteur à l’économie est de 5,7 % en 2018/19, avec une croissance annuelle de 4 %.

Ces derniers chiffres ont été communiqués au Parlement le mardi 16 avril par le ministre de tutelle, Sudhir Sesungkur. Il a tenu à apporter des clarifications sur les statistiques publiées en Inde par le Department of Industrial Policy & Promotion (DIPP) du gouvernement, plus connu désormais comme le Department of Promotion of Industry and Internal Trade. Il fait état d’une somme de $ 6 milliards (environ Rs 207 milliards) qui a transité par Maurice, d’avril 2018 au 31 décembre de la même année. Elle représente des investissements directs étrangers (IDE) sous forme d’actions seulement.

« Le DIPP prend en considération les flux d’investissements directs sous forme de participation. Nos chiffres pour les mouvements d’IDE en Inde ne corroborent pas avec ceux du DIPP : on arrive à un montant de $ 9,8 milliards (environ Rs 338 milliards) pour cette même période, ce qui est nettement plus élevé que celui avancé par les autorités indiennes. En fait, Maurice est largement utilisé en tant que plateforme pour des investissements étrangers de portefeuille qui sont généralement trois fois supérieurs aux IDE », a-t-il expliqué.

Il estime que c’est un fait que le pays soit la principale voie aussi bien pour des investissements de portefeuille que pour la circulation d’IDE. Selon les chiffres du ministère, le flux de ce type de placements vers l’Inde, de janvier 2018 à décembre dernier, est d’environ $ 51,4 milliards (environ Rs 1 773 milliards). « Nos chiffres indiquent que la valeur des investissements directs vers l’Inde, à travers les sociétés de Global Business est restée plus ou moins stable à $117,6 milliards (environ Rs 4 057 milliards) à juin de l’année dernière », a-t-il ajouté.

Il a expliqué que la fiscalité imposée par l’Inde est de 100 % sur gains en capital réalisé sur la vente des actions par une entité enregistrée à Maurice. Cependant, cette condition ne s’applique pas pour la liquidation des actions acquises avant le 1er avril 2017. De telle transaction sera exonérée de taxation des plus-values peu importe la date de la vente.

Le ministre a aussi fait le point sur la comparaison peu évidente entre Maurice et Singapour. « Nous devons tenir compte du fait que le secteur financier singapourien est trente fois plus important que le nôtre. Cela relève du fait que leur centre financier a été établi bien avant le nôtre, soit presque quatre décennies. En dépit de la taille importante du secteur financier singapourien et la sophistication de ses produits, Maurice demeure le deuxième plus important pourvoyeur de fonds en Inde après le Singapour », a-t-il déclaré. 

Au cours des années, Maurice a contribué de façon significative au flux d’investissements dans la Grande péninsule. D’avril 2000 à décembre 2018, le centre financier international du pays a contribué à environ 32 % d’IDE sous forme d’entrées nettes de titres de participation.

« Le ministère est tout à fait conscient de l’importance stratégique du marché indien pour la croissance future de notre centre financier et nous travaillons sans relâche pour occuper une position de leader», a-t-il souligné.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !