Actualités

Service de santé public : la présence des spécialistes la nuit de nouveau sur le tapis

Le décès de deux patientes lors de leur accouchement après 16 heures est venu remettre sur le tapis le principe de la garde des spécialistes. Ils ne sont pas physiquement à l’hôpital, mais « on call » et doivent se présenter à l’établissement où ils sont affectés en cas d’urgence.

Le Pay Research Bureau (PRB) a recommandé plusieurs fois que les spécialistes soient présents à l’hôpital quand ils sont de garde. Mais en raison de certains lobbies, cela n’est pas mis en pratique. C’est le constat d’un gynécologue qui exerce dans le service public sous le couvert de l’anonymat. Pour lui, cela aurait évité bien de problèmes. « Chaque minute compte pour une prise en charge appropriée en cas d’urgence », dit-il.

Pour le président du Government Medical and Dental Officers’ Association (GMDOA), si cette recommandation doit être implémentée, le rôle des spécialistes doit être bien défini. « Il ne devrait pas être de garde pour des examens de routine, mais seulement pour intervenir en cas d’urgence ».

« C’est chagrinant qu’il y ait encore des cas de mortalité maternelle alors que le service de santé public a toutes les facilités requises pour les éviter. Mais en même temps, il faut connaître les circonstances qui ont entraîné ces deux décès en une semaine », ajoute-t-il. Même si le souhait du ministère est de réduire le taux de mortalité maternelle et infantile, rien n’est fait concrètement dans ce sens, selon lui.

Selon le président de la GMDOA, le syndicat a, à maintes reprises, demandé la création du poste de Registrar à l’hôpital qui serait alors un intermédiaire entre généralistes et spécialistes afin de faire face aux cas d’urgence. Mais cette proposition n’a jamais été considérée. Il plaide pour la formation continue des spécialistes. « Cela ne doit pas être des sessions de formation théoriques, il faut des sessions pratiques » dit-il.

Le Dr Kailesh Kumar Jugatpal, président du Medical Council est, lui, d’avis que si la présence des spécialistes la nuit à l’hôpital peut contribuer à améliorer le service ce serait une bonne chose. Ces derniers temps, plusieurs cas de difficultés au moment de l’accouchement ont été observés, dit-il. « Ce serait une solution pour diminuer ce genre de problèmes même si ce n’est peut-être pas la solution idéale » dit-il.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !