Live News

Service de pompes à incendie : controverse autour de la réparation d’un camion sous garantie

Pompier Les réparations du camion-citerne ont coûté Rs 157 655.

Le paiement de Rs 157 655 pour des réparations sur un camion-citerne toujours sous garantie fait polémique. Si le Mauritius Fire & Rescue Service (MFRS) se mure dans le silence, Premium Auto Services Ltd avance que la défection est due à une mauvaise utilisation du camion par des sapeurs-pompiers non formés.

Le 31 octobre 2018, le camion-citerne est réparé, Sauf que deux jours après il tombe en panne.

À la base, il s’agit d’un problème avec la boîte de vitesses. Le camion-citerne, immatriculé 176 RM 06 de la marque Mercedes, est envoyé chez Premium Auto Services Ltd, après une Request for Quotation, pour des réparations qui consistent à remettre à neuf la boîte de vitesses. « To supply and fix refurbished gearbox including clutch, release bearing and pressure plate if defective », peut-on lire au chapitre Scope of work, préparé par le MFRS.

Le 31 octobre 2018, le camion-citerne réparé est retourné au MFRS. Sauf que deux jours après, soit le 2 novembre, il tombe en panne. Le 5 novembre, deux mécaniciens du MFRS, les officiers Veeruppa et Auzine sont dépêchés à la caserne de Piton où se trouvait le camion pour une inspection. Les mécaniciens évoquent alors un problème d’embrayage qui immobilise le camion. « (…) clutch system is defective and that the Water Tender 176 RM 06 was not in running condition », fait ressortir l’ingénieur mécanique du MFRS, N. R. Abeeluck dans une correspondance datée du 20 novembre 2018 et adressée au Chief Fire Officer (CFO) par intérim.

Le 9 novembre, toujours selon la même correspondance, une décision est prise par la direction du MFRS pour remorquer le camion-citerne de Piton jusqu’au garage de Premium Auto Services Ltd. « Following Management Approval dated 9 November 2018, the Water Tender 176 RM 06 was towed from Piton Fire Station to Premium Auto Services Ltd (…) ». Trois jours plus tard, soit le 12 novembre, une réunion est organisée chez le garagiste à Pailles après que la boîte de vitesses a été démontée. Étaient présents : M. Khodabuccus (Lead Mechanical Engineer), Mr Abeeluck (Mechanical Engineer), R. Ruttunah (Workshop Supervisor), StnO Emilie (Driving Instructor), StnO Maunick (Driving Instructor) et deux représentants de Premium Auto Services Ltd, MM. Didier et Vicky.

Dans une lettre datée du 23 novembre 2018, le Transport Officer, R. Megha, a demandé à Premium Auto Services Ltd de procéder à la réparation de la boîte de vitesses (clutch system), celle-ci étant toujours sous garantie. « (…) Based on the fact that the refurbished gearbox you supplied and fixed as per above mentioned award carries a warranty period of six months or 5000 kms, which ever carries first, matter is referred to your end to make good the defects reported given that only 256 kms had been covered and defects started only 2-3 days after while vehicle was commissioned on 31 October 2018 ».

Pièces de rechange

Parallèlement, un document du MFRS indique qu’une inspection des pièces défectueuses (Clutch disc, Pressure Plate, Release bearing & Clutch fork) a été faite par l’ingénieur mécanique. Abeeluck. Lors de cet exercice, deux manquements sont relevés : aucune mention n’a été faite si les pièces ont été remplacées durant la réparation initiale et non plus sur les numéros de série des pièces défectueuses. De ce fait, au niveau du MFRS, on soutient qu’il n’y a aucune certitude sur l’authenticité des pièces de rechange. « Hence one cannot deduce whether the spare parts are genuine », peut-on lire.

N’empêche que le 25 janvier 2019, une recommandation a été faite au CFO du MFRS pour le paiement de Rs 157 655 à Premium Auto Services Ltd, laquelle a été approuvée, comme en témoigne un document que le Défi Plus a pu voir. Notre demande de clarification pour ce « paiement controversé » auprès de la direction du MFRS est restée sans réponse.


La faute à une mauvaise utilisation

Un document attestant que le paiement a été approuvé.
Un document attestant que le paiement a été approuvé.

Sollicitée par Le Défi-Plus, la direction de Premium Auto Services Ltd n’a pas hésité à réagir. Patrice Emile, directeur de la compagnie, avance que le MFRS n’a pas utilisé le camion-citerne comme il se doit. « Donc, la garantie ne peut être appliquée si la faute vient d’une mauvaise utilisation de l'utilisateur », fait-il valoir, se défendant ainsi d’avoir été doublement payé.

Au sujet des doutes émis sur l’authenticité des pièces de rechange, Patrice Emile avance que toutes les réparations sont sujettes à des inspections. « Aussi, sachez que tous les travaux doivent impérativement être inspectés et validés par les ingénieurs du MPI & MFRS, [que ce soit] avant ou après les réparations », fait-il comprendre. Patrice Emile considère ainsi que le travail a été « bien fait », tout en suivant les procédures et les instructions des ingénieurs.

Pour le directeur de Premium Auto Services Ltd, la faute reviendrait au MFRS. « Nous savons tous que la faute vient du Mauritius Fire & Rescue Service et que le rapport de leurs deux ingénieurs en fait foi », soutient-il. Selon Patrice Emile, un manque de formation de la part des utilisateurs du camion en serait la cause. « Ce serait bien de noter qu’après la première réparation, le véhicule a été affecté à une station où les utilisateurs n’ont jamais suivi de formation. Après la deuxième réparation, le MFRS s’est assuré d’envoyer le véhicule à la station où il a été toujours affecté. Aucune plainte n’a été formulée à ce jour », affirme-t-il.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • I want to grow my income