Faits Divers

«Sérum expiré» - Ambika, la veuve : «Mes fils ne cessent de réclamer leur père»

Ambika

Cette soudaine et brusque disparition a plongé la famille de Vikram Beemuhl, aussi appelé Satish, dans un profond désarroi. Il était père de deux garçons, âgés de 4 et 8 ans respectivement. Ambika, son épouse, est anéantie. « Mes enfants réclament leur père. Comment vais-je faire désormais ? » se demande la jeune femme de 33 ans. 

Le couple, habitant Poste-de-Flacq, était marié depuis 10 ans. « Satish travaillait comme maçon et il a lui-même construit notre maison. Elle n’est pas encore achevée », pleure-t-elle. Aux dires d’Ambika, son époux n’a jamais eu de soucis de santé auparavant. « Enn sel kout linn gagn enn douler dan so vant », explique-t-elle. Il s’est rendu à l’hôpital de Flacq, le 30 août dernier, où il a été admis.

« Le médecin a d’abord pensé qu’il s’agissait de son appendice, mais après les examens, ils ont constaté que Satish avait un caillot. Il a dû subir une délicate intervention », nous relate-t-elle. Après son opération, Satish a été placé sous observation. « Il ne pouvait s’alimenter. C’est à travers le sérum qui lui était administré qu’il tenait à la vie. Pendant plusieurs jours, il était sous sérum », ajoute-t-elle.

Dimanche, sa famille est allée lui rendre visite. « Nous avons alors constaté qu’on lui administrait un sérum périmé. Nous en avons informé les infirmiers. Ils nous ont dit que même deux jours après la date d’expiration, le sérum est acceptable pour le traitement », explique Ambika. Le lendemain cependant, la santé de Satish s’est dégradée et le malheur a frappé. « Il est mort alors qu’on nous avait informé qu’il allait bientôt pouvoir sortir de l’hôpital », pleure son épouse. « Combien d’autres poches de sérum périmé lui a–t-on administré ? Je veux des réponses. L’hôpital doit prendre les précautions pour que d’autres patients ne se retrouvent pas dans la même situation », insiste-t-elle.