Live News

Semaine meurtrière sur nos routes - Six morts : la douleur des familles affligées

Cette semaine a été marquée par la disparition tragique de six nouvelles victimes de la route. Bibi Nessant Madaree, 67 ans, victime d’un délit de fuite à Phœnix lundi, et ce drame qui a touché la famille Heeramun, mardi soir à Plaine-des-Roches, où une voiture a fait une sortie de route, tuant mère, fils et belle-fille.

Nos routes sont toujours aussi meurtrières. Vendredi, un autre accident de la route est survenu à Réduit, faisant une victime : Deodass Bungaroo, 58 ans. Puis, aux petites heures de samedi, Farhaan Khudarun, 21 ans, a été percuté par une voiture à Résidences Vallijee. À noter que c’est la 126e victime depuis le début de l’année. Ce dimanche 17 novembre marque la Journée mondiale du souvenir des victimes de la circulation routière.

Bibi Nessant Madaree, très appréciée

Bibi Nessant Madaree
Bibi Nessant Madaree

Bibi Nessant Madaree était partie acheter une boisson gazeuse pour son fils quand le drame s’est produit. La dame, domiciliée à Clairfonds, Phœnix, traversait la route non loin d’un supermarché du quartier, lorsqu’une motocyclette l’a heurtée et projetée sur l’asphalte, le lundi 11 novembre. Le motocycliste a poursuivi sa route. La sexagénaire était très appréciée dans la localité. 

« J’ai entendu des bruits de sirène pendant un quart d’heure et un voisin est venu me dire de venir, car ma mère avait eu un accident. Lorsque je suis allé voir, elle était allongée au sol, la tête saignante et des blessures au dos. Je l’ai emmenée à l’hôpital de Candos. Elle a succombé peu après », déplore Nizam, le fils de la dame.

Farhaan Khudarun, disparition tragique d’un jeune marié

Nul ne s’attendait à recevoir une nouvelle aussi dramatique. Farhaan Khudarun, 21 ans, s’est marié il y a à peine cinq mois. Samedi, aux petites heures du matin, alors qu’il retournait chez ses beaux-parents à Rose-Hill, il a été victime d’un accident à Résidences Vallijee. Un taxi l’a heurté. L’impact a été tel que le jeune marié a été tué sur le coup. La police des Line Barracks a été alertée. L’alcotest sur le conducteur s’est avéré négatif.

Faraad, le père de la victime, tente, malgré ce drame, de tenir le coup. Voilà cinq mois que le cadet de ses fils s’est marié. « C’était un enfant adorable. Il faisait du judo et a même remporté des tournois, mais il avait arrêté. Il y a cinq mois, il s’est marié. Débrouillard, il travaillait dans la restauration au Pont de Paris. Il m’avait dit qu’il allait venir à la maison ce samedi à 13 heures », explique le père du jeune homme. Mais le destin en a décidé autrement. « Samedi, après le boulot, il est parti chez son épouse à Rose-Hill. C’est sur la route que le drame s’est produit », se désole Faraad. Au lieu de la visite de son fils, samedi à 13 heures, c’est les funérailles du jeune homme qui ont eu lieu. « Il était quelqu’un de pieux et ne manquait jamais une occasion d’aider les gens autour de lui », ajoute son père. 

Collision mortelle pour Deodass Bungaroo

Deodass Bungaroo, 58 ans, a aussi connu une fin tragique. Cet habitant de Mont-Fertile, New Grove, était au volant d’un van vendredi, après-midi, quand le malheur a frappé. Sur l’autoroute à Réduit, son véhicule a heurté un tout-terrain.  L’arrière du tout-terrain, de même que l’avant de son véhicule ont été sévèrement endommagés. La victime est restée coincée, inconsciente, dans la cabine. Il a fallu l’intervention de la police et des sapeurs-pompiers pour l’extraire du véhicule accidenté. Le quinquagénaire est mort sur le coup. Le chauffeur du tout-terrain a été conduit à l’hôpital pour des soins. Il a été testé négatif à l’alcotest. Après avoir été entendu, il a été relâché sur parole. Cependant, il a dû comparaître devant la Bail and Remand Court samedi sous une charge provisoire d’homicide involontaire.

Un enfant de trois ans perd sa mère

Seetarah, Akshay et Pooja Heeramun.
Seetarah, Akshay et Pooja Heeramun.

Le temps s’est arrêté chez les Heeramun à Roches-Noires. En l’espace d’un instant, Seetarah, 62 ans, son fils Akshay, 24 ans, et sa bru Pooja, âgée de 27 ans, ont péri dans un terrible accident de la route à Plaines-des-Roches, mardi soir. Il y avait quatre occupants dans la voiture. Prabakar, 28 ans, l’autre fils de Seetarah, est le seul survivant, mais son état de santé est jugé sérieux. 

Rien ne sera comme avant.  À la rue Chinniah, où ils habitent, Varsha, la sœur d’Akshay et de Prabakar, est effondrée. La jeune femme ne cesse de pleurer la disparition de ces êtres qui ont tant compté pour elle. Mardi, après les séances de prières, elle a parlé avec sa mère, mais elle ne pouvait s’imaginer que c’était leur dernière conversation. 

Dans la soirée, il y a eu une dispute familiale et Prabakar s’est blessé. Seetarah, Akshay, Prabakar et Pooja sont montés dans la voiture pour se rendre à l’hôpital de Flacq. En cours de route, le malheur a frappé. « Leur voiture a heurté une colonne en béton et sous l’impact, Akshay et notre mère ont été tués. Pooja a rendu l’âme à l’hôpital, alors que son époux est encore aux soins intensifs », explique Varsha. 

Le couple a une fille de trois ans. Celle-ci était restée avec son grand-père Khamal ce soir-là. « Une chance que Pooja, qui est ma fille unique, nous ait confié la petite, sinon elle aurait pu également mourir dans cet accident », se désole Khamal. L’autopsie a attribué leur mort à des blessures multiples. Unis dans la vie, ils le sont restés même dans la mort. Mercredi, les trois funérailles se sont tenues dans la même maison. 
Khamal compte désormais s’occuper de sa petite fille comme sa fille qu’il a perdue. « Je vais m’occuper de la petite. En attendant, je ne sais pas comment lui annoncer que sa mère ne sera plus là », dit le grand-père maternel.

Belinda Teeroovengadum-Ramtohul, de Vivo Energy Mauritius : «Un devoir d’empathie et de mémoire»

Ce dimanche marque la Journée mondiale du souvenir des victimes de la route. Vivo Energy Mauritius, à cet effet, organise des activités sur la prévention routière.  

Belinda Teeroovengadum-RamtohulQu’est-ce que la Journée mondiale du souvenir des victimes de la route représente pour Vivo Energy Mauritius ?
La politique et les pratiques de Vivo Energy, en matière de sécurité, d’environnement et de santé, procèdent d’un engagement fondamental, indéfectible et non négociable. En tant qu’entreprise citoyenne, nous avons la responsabilité de donner l’exemple. Depuis 2013, Vivo Energy Mauritius mène, auprès des enfants et des adolescents, des actions de sensibilisation pour plus de discipline, de courtoisie et de bienveillance. La prévention engage aussi un devoir d’empathie et de mémoire à l’égard des victimes de la route. D’où l’attention que nous portons à cette Journée du souvenir. Elle nous offre une belle occasion de réfléchir, individuellement ou collectivement, aux moyens à employer pour sauver des vies. 

Comment responsabiliser les usagers de la route à la sécurité routière ?
Les accidents de la route sont provoqués par des facteurs liés au véhicule et à l’environnement routier, mais aussi et surtout au comportement humain. Il peut s’agir ici de négligence, du non-respect du code de la route, de la fatigue au volant ou d’une prise de risque inconsidéré. Parallèlement aux projets destinés à améliorer la sécurité des véhicules et la qualité des infrastructures, il est important d’agir sur l’erreur humaine. Il faut opérer un vrai changement dans le comportement au volant. Agressivité, impatience, égoïsme, imprudence, le conducteur se laisse trop souvent emporter. D’où le besoin pour une communication, une sensibilisation, une éducation et une formation plus efficaces. La sécurité routière ne relève pas seulement de la responsabilité de l’État ; chaque citoyen, entreprise, association et média a aussi un rôle à jouer en partenariat pour rendre les routes plus sûres. 

Comment avez-vous prévu de marquer cette journée ?
Vivo Energy Mauritius invite le public à poster un message de réconfort à l’intention des victimes de la route, mais aussi aux proches qui ont perdu un être cher dans un accident. Ces messages peuvent aussi s’étendre aux différents services de secours et d’aide qui tentent de sauver des vies à la suite d’un accident. Il suffit pour cela de se rendre sur la page Facebook de Vivo Energy Mauritius. 

Pourquoi choisir la sécurité routière pour s’engager socialement ?
Nous y accordons une attention particulière. La prévention des risques, y compris routiers, est inscrite dans la culture d’entreprise de Vivo Energy Mauritius. D’où notre implication pour partager cette expertise de la sécurité routière auprès des jeunes Mauriciens via nos programmes Cité Zen.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019