Actualités

Selon une analyse effectuée du 22 au 28 avril : 12 cas de grippe A-H1N1 et deux cas d’A-H3N2 recensés

Douze cas de grippe A-H1N1 et deux cas d’A-H3N2 ont été recensés lors d’une analyse de 86 échantillons de salive effectuée du 22 au 28 avril. La vaccination est recommandée, conseille le Dr Fazil Khodabocus, Senior Community Physician, au ministère de la Santé.

«Les virus de la grippe du type A peuvent causer des complications. » C’est ce que fait ressortir le Dr Fazil Khodabocus, Senior Community Physician, au ministère de la Santé. Selon les derniers chiffres disponibles, sur 86 échantillons de salive analysés du 22 au 28 avril dernier, 12 cas de grippe A-H1N1 et deux cas d’A-H3N2 ont été détectés. Il souligne qu’avec la circulation de ces virus, il vaut mieux se faire vacciner pour éviter des éventuels cas de complications ou pire, des décès.

Depuis le 12 avril dernier à ce jour, 65 755 personnes se sont fait vacciner contre la grippe dans les cinq hôpitaux régionaux et dans les centres de santé du service public à travers l’île, précise-t-il. Ce chiffre ne prend toutefois pas en considération le nombre de personnes ayant participé à la campagne de vaccination initiée par le ministère de la Sécurité sociale qui vise principalement les personnes âgées et les résidents des maisons de retraite.

Il ajoute que même si le nombre de personnes atteintes de la grippe cette année (semaine du 29 avril au 5 mai) est inférieur aux chiffres de l’année dernière à pareille époque, 3 151 contre 4 609 respectivement, il ne faut pas trop s’enorgueillir prévient le Dr Fazil Khodabocus. « L’hiver n’est pas tout à fait là. Avec l’arrivée du climat froid et sec, le nombre de personnes atteintes de la grippe pourrait grimper », explique-t-il. 
Le Dr Khodabocus réitère son appel à la population afin qu’elle profite de la possibilité de se faire vacciner gratuitement contre la grippe dans les cinq hôpitaux régionaux et les divers centres de santé publics à travers l’île. « C’est pour se protéger et protéger leur entourage », avance-t-il. 

Le docteur estime qu’une immunisation collective peut contribuer à ce qu’on ait moins de cas de complications liées à la grippe et éventuellement moins de décès. « Le vaccin n’est pas obligatoire, mais il est recommandé particulièrement pour les personnes les plus vulnérables : enfants de moins de 5 ans, femmes enceintes, et les personnes qui souffrent d’une maladie chronique », conclut le Senior Community Physician du ministère de la Santé.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !