Live News

Selon le rapport d’autopsie : brûlé vif, Kistnen ne porte aucune trace de strangulation 

L’examen des muscles internes du cou de Soopramanien Kistnen démontre une décoloration et l’absence d’hémorragies. Son os hyoïde est également intact. En médecine légale, une fracture signifie qu’il y a eu strangulation. 

Soopramanien Kistnen, dit Kaya, n’a pas été étranglé et n’a pas non plus été sujet à une strangulation. Il n’y a pas la moindre fracture au niveau de ses vertèbres cervicales ou de traces distinctes sur et à l’intérieur de son cou pouvant confirmer cette thèse. Ces éléments sont contenus dans le rapport rédigé par le Dr Ananda Sunnassee, médecin légiste de la police, en possession de la Major Crimes Investigation Team (MCIT). C’est lui qui a pratiqué l’autopsie sur la dépouille de l’habitant de Montagne-Ory, retrouvée brûlée, le dimanche 18 octobre 2020 dans un champ de canne à sucre à Telfair, Moka.

Âgée de 52 ans, Kaya Kistnen est un entrepreneur en bâtiments et travaux publics qui est également connu pour être un activiste du Mouvement socialiste militant (MSM) dans la circonscription de Moka/Quartier-Militaire (8). Il avait été porté disparu deux jours plus tôt, n’étant pas rentré chez lui ou chez son ami Sivom Arian, à Telfair, Moka, après qu’il s’est rendu à Rose-Hill et La Louise, Quatre-Bornes. La cause de sa mort avait été attribuée par le Dr Sunnassee à un œdème pulmonaire, provoqué lorsque son cadavre a été brûlé.

Il était en vie lorsque son corps a été incendié."

Ces lésions pulmonaires, couplées à la présence de particules de suie dans ses voies respiratoires, ont permis d’établir qu’il était encore en vie ou qu’il était à l’agonie lorsque son corps a été brûlé. D’où les 5,2 % de monoxyde de carbone relevés par le Forensic Science Laboratory (FSL). Lors de l’autopsie, il a été constaté qu’il a subi des brûlures au 3e degré sur 40 % du corps. C’est surtout tout son côté gauche qui a été affecté. Il était pieds nus et portait une bague au majeur gauche, ce qui présuppose qu’il a été transporté sur place que le mobile du meurtre n’est pas le vol.

La description des brûlures sur le visage de Kaya Kistnen, notamment quant aux « fluid filled blisters », indique également qu’il était en vie lorsque son corps a été incendié. Aucune fracture n’a été notée sur son corps et l’examen des muscles internes de son cou démontre une décoloration et l’absence d’hémorragies. L’os hyoïde est également intact. Aussi appelé os lingual, il est situé au-dessus du larynx, dans la partie antérieure du cou, et en dessous de la mandibule et de la langue.

Nécessaire à la déglutition, l’os hyoïde est rattaché à plusieurs muscles de la mâchoire, de la langue, du pharynx et du larynx. La fracture de cet os en forme de fer-à-cheval ne peut être causée que par une compression importante, prolongée et volontaire sur la pomme d’Adam. En médecine légale, une telle fracture représente la preuve d’une mort par strangulation.

Outre l’absence de blessures antérieures, les cartilages cricoïde et thyroïde ne révèlent aucune fracture consécutive à une strangulation. C’est le même constat du côté des vertèbres cervicales. La présence de mépéridine dans le sang de la victime est due à la métabolisation des injections de pethidine qu’elle a reçues après l’intervention chirurgicale qu’elle a subie.

Aucune trace d’accélérant, soit de l’alcool ou du carburant, n’a été découvert par le FSL sur le cadavre lui-même ou ses vêtements, ce qui présuppose que de la paille de canne disponible sur place a été utilisée pour le brûler. Les insectes récupérés sur son corps ainsi que l’état de sa décomposition indiquent qu’il a été tué entre le vendredi 16 et le samedi 17 octobre 2020.

Quant aux traces de fibres au cou, aux chevilles et aux poignets de la victime, elles peuvent être les résidus de ses vêtements. Seul un examen de ces fibres pourra déterminer leur nature. En ce qu’il s’agit du gant retrouvé après la découverte du cadavre, l’ADN qui y a été décelé sera comparé à celle des ouvriers agricoles ayant travaillé sur le site. Plusieurs ont été invités à se soumettre à des prélèvements ce vendredi.
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !