Live News

Selon des professionnels de santé - COVID-19 : la situation est loin de s’améliorer

Dr Shameem Jaumdally, virologue. Dr Soobaraj Sok Appadu, National COVID-19 Coordinator.

Le nombre de nouveaux cas positifs de COVID-19 et celui des hospitalisations pour des symptômes légers sont en hausse. La situation ne s’améliorera pas de sitôt, selon plusieurs professionnels de santé interrogés. 

Depuis le début de la deuxième semaine de janvier 2022, le nombre d’hospitalisations de personnes positives à la COVID-19 ressentant des symptômes légers est en hausse. Ils sont près de 150 patients à être répartis dans les cinq hôpitaux régionaux, selon le Dr Soobaraj Sok Appadu, National COVID-19 Coordinator. En parallèle, le nombre de nouveaux cas est lui aussi en augmentation. 

Le Dr Soobaraj Sok Appadu ajoute que cette situation indique une chose : que le variant Omicron est en circulation au sein de la communauté. S’il concède que le nombre d’admissions pour des symptômes sévères de la maladie a diminué, il prévient néanmoins qu’il faut bien prendre ses précautions. 

Selon lui, une hausse du nombre de contaminations liées à Omicron n’est pas à écarter. « Il n’a pas été prouvé que le vaccin diminue la transmission du virus, mais au moins il réduit les formes graves de la maladie. Cela peut protéger d’une hospitalisation de plusieurs jours, ce qui diminuera la pression sur le service de santé », fait le National COVID-19 Coordinator. 

Le pays est donc loin d’être sorti de l’auberge. D’où l’extension jusqu’à fin mars des mesures restrictives en vigueur. « Comme c’est le cas dans plusieurs pays, nous sommes d’avis que nous risquons une grande hausse du nombre d’infections. Nous devons nous y préparer et prendre des précautions », explique le Dr Sok Appadu. 

Avec les restrictions, les grands rassemblements pour les fêtes religieuses, telles que le Thaipoosam Cavadee ou le Maha Shivaratree, ont, par exemple, dû être annulés afin de prévenir la création de foyers d’infection. 

Sans vouloir faire de parallèle entre ces fêtes religieuses avec l’extension des mesures sanitaires, le Dr Shameem Jaumdally, virologue, fait ressortir qu’avec un variant tel l’Omicron, qui a une grande capacité d’infection en comparaison avec les autres, il y a le risque d’une flambée de cas extraordinaire s’il y a une grande mobilité de la population au sein de la communauté. 

« La population a été plus consciencieuse et a pris davantage de précautions après avoir été témoin de la flambée de cas en novembre dernier », dit-il. Mais il estime que la hausse de cas de ces deux dernières semaines sera aussi synonyme d’un plus grand nombre de décès dans les jours voire les semaines à venir. « Depuis ces derniers jours, il y a plus d’une centaine de cas. Cela signifie un plus grand risque d’hospitalisation, de formes graves de maladie et de décès », conclut le virologue.

covid

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !