Live News

Sécurité : caméras et équipements du projet Safe City vandalisés

camera Une caméra a été arrachée d’un pylône à Bambous. On peut voir le fil dénudé.

Des caméras et des équipements installés dans le cadre du projet Safe City, au coût de Rs 19 milliards et chapeauté par la police, ont été vandalisés. Sollicité lundi, le Police Press Office a confirmé les cas, précisant que des enquêtes sont en cours. Une réaction de Mauritius Telecom, partenaire du projet, est attendue ce mardi 23 avril.

Leur mise en opération est officiellement prévue en juillet 2019. Mais voilà que ces caméras intelligentes installées dans le cadre du projet Safe City sont déjà les cibles d’actes de vandalisme. On rapporte le vol d’une caméra « dôme » à Bambous. Une enquête a été ouverte. C’est ce qu’a confirmé l’inspecteur Shiva Coothen du Police Press Office (PPO), contacté le lundi 22 avril 2019. D’autres cas, « moins alarmants » mais suivis de près, sont à déplorer dans d’autres régions comme Goodlands ou encore Roche-Bois.

Une source proche du projet aux Casernes centrales souligne que les vandales s’acharnent sur les boulons en les déformant. Ils s’attaqueraient même aux socles en béton qui, une fois posés, sont fragilisés de sorte à retarder la pose des pylônes. Dans le cas de Bambous, la caméra, capable de filmer sur un angle à 360 degrés, a été arrachée du pylône. Le fil est dénudé, ce qui témoigne de la violence de l’acte. Mais le dispositif ne fonctionne pas sans son boîtier. Du coup, l’installation du système de surveillance a été retardée.

Selon notre source, la police recherche activement les auteurs de ces actes. « Il faut rappeler aux gens qu’il s’agit de la propriété de l’État. Les sanctions pour ce type de délits sont sévères. » Elle souligne que les actes de vandalisme sur ces caméras ont commencé dès l’installation de ces dernières l’année dernière. « Nous trouverons les coupables », affirme l’inspecteur Shiva Coothen.

Sollicités par Le Défi Quotidien, les sous-traitants ayant travaillé sur l’installation des caméras de surveillance Intelligent Traffic Surveillance (ITS) et Intelligent Video Surveillance (IVS) disent s’interroger sur les motivations de certaines personnes à « voler » ou à vandaliser de tels appareils. « Nous ignorons ce qui aurait pu les pousser à commettre de tels délits. Est-ce pour manifester contre le projet vu le flou qui persiste ? Craignent-ils le fait que des policiers formés surveilleront le pays 24 heures sur 24 et sept jours sur sept et seront prêts à intervenir à la moindre anomalie décelée depuis le centre de commandement ? »

Selon des recoupements, des caméras IVS ont été installées sur 75 sites à travers le pays. Elles permettront aux policiers de l’IT Unit, formés pour utiliser le logiciel, de visionner les images en temps réel, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. La plateforme hautement intelligente sera dotée d’un buzzeur qui alertera les officiers si des anomalies sont décelées sur le terrain.

Les caméras ITS seront, quant à elles, placées sur 2 000 sites à travers le pays. Ces appareils, installés le long de l’autoroute et à d’autres endroits où le nombre d’accidents routiers est relativement fort, ont pour but de capturer des images à une distance minimale de 300 mètres. Le Central Electricity Board travaille en ce moment sur la connexion des caméras de surveillance au réseau. Le calibrage des appareils, selon nos recoupements, est aussi en cours.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !