People

Sébastien Carlos : l’ambassadeur de la gastronomie mauricienne

Sébastien Carlos Le snack est ouvert de 11 à 22 heures tous les jours.

Après une riche expérience dans le secteur de la restauration en Irlande, Italie et à Dubaï, Sébastien Carlos décide de retourner à Maurice pour lancer son business. Depuis deux ans, son snack BlackForge à Candos, Quatre-Bornes ne fait que de bonnes affaires.

Sébastien Carlos est passionné de restauration depuis sa tendre jeunesse. Après avoir travaillé dans plusieurs hôtels à Maurice, il décide de s’envoler pour l’Irlande afin de s’assurer un meilleur avenir. « Je suis parti avec ma femme et mes deux enfants. J’ai travaillé dans des hôtels pendant sept ans en Irlande », dit-il. À la fin de son contrat de travail, il retourne à Maurice et ouvre un snack à Vacoas. « Ma femme et moi avons géré le snack pendant neuf mois jusqu’à ce qu’une nouvelle opportunité de travail se présente à Dubaï », poursuit notre interlocuteur. Toutefois, après un contrat de travail d’une durée de deux ans, le couple atterrit en Italie avec ses enfants. « En réalité, après avoir étudié le marché, nous avons constaté qu’il y avait une grande demande de plats mauriciens en Italie. Après avoir accompli les démarches d’immigration, nous avons lancé notre commerce de restauration », explique-t-il. Mine frite, riz frit, boulette, halim, dholl puri, roti…autant de plats prisés par les Mauriciens établis en Italie ou par les Italiens.

Six ans en Italie

« Au total, il faut compter six ans d’expérience en Italie. Le commerce marchait très bien. Nous réalisions de bons chiffres d’affaires. Mais notre cœur était toujours à Maurice », avance Sébastien Carlos.  Ce dernier dit manquait la famille et les proches et voulait retourner à Maurice. « On avait d’ailleurs bien voyagé et explorait plusieurs pays. Mais à un certain moment dans la vie, on réalise qu’il est temps de rentrer chez soi », confie notre interlocuteur.

Cela fait deux ans qu’il est de retour avec sa famille. « J’ai rapidement trouvé un emplacement à côté de l’hôpital Victoria à Candos, où j’ai lancé le snack BlackForge », soutient-il. Il estime qu’il doit continuer l’activité dans laquelle il s’est spécialisé. Ainsi au menu, on retrouve les mêmes plats qu’il faisait en Italie.

En cette période hivernale, dit-il, les Mauriciens sont friands des bols d’halim et des soupes aux boulettes pour se réchauffer.  Le snack est ouvert de 11 à 22 heures tous les jours. « Avec une telle activité, on ne peut pas se reposer car il faut être au service des clients. Mais, je ne me plains pas car c’est ma passion », se réjouit l’entrepreneur. Ses clients sont notamment des personnes de la région et les employés de l’hôpital Victoria. Normalement, Sébastien travaille avec sa femme qui est aussi sa partenaire au travail. Mais pendant les heures de pointe, il reçoit l’aide de son fils et de ses neveux.

What’s next ? Sébastien Carlos confie que BlackForge est sa destination finale. « Le commerce se porte très bien et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin », avoue l’entrepreneur.

Cap sur la qualité et l’hygiène

Sébastien Carlos estime que les deux maître-mots pour faire de la restauration demeurent la qualité et l’hygiène.  « Les consommateurs mauriciens sont aujourd’hui de plus en plus conscients de leur santé et sont plus exigeants. Il est obligatoire de respecter toutes les normes d’hygiène pour garder sa clientèle », dit-il. D’ailleurs, il soutient que tous ses plats sont cuisinés sur place et servis chauds.