Live News

Sayyad Boodhun d'Accenture au sujet des personnes autrement capables : «Notre objectif est d’en avoir au moins une centaine qui soient employables»

De g. à dr. : Sayyad Boodhun, Ali Jookhun, Nira Aumeer et Sarvesh Dosooye.

Malgré leur volonté, des entreprises peinent à recruter des personnes en situation de handicap. C’est ce qu’a fait savoir Sayyad Boodhun, Director of Legal and Corporate Citizenship Lead chez Accenture. Il était l’un des invités de l’émission Au Cœur de l’Info, hier.

One billion reasons for disability inclusion. Tel était le thème de l’émission diffusée sur Radio Plus et réalisée par Le Défi Media Group, en collaboration avec Accenture, à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées. Sayyad Boodhun n’a pas manqué de souligner les difficultés éprouvées par la compagnie pour recruter des personnes en situation d’handicap, au point d’en avoir écrit au Training and Employment of Disabled Persons Board (TEDPB) qui opère sous le ministère de l’Intégration sociale. « Avec seulement 259 personnes en situation d’handicap qui demandent un emploi, ce ne sera pas suffisant pour que toutes les entreprises avec plus de 35 employés puissent avoir parmi leur personnel au moins 3 % de personnes handicapées comme le stipule actuellement la loi », a-t-il fait ressortir. 

C’est la raison pour laquelle, dit-il, un programme d’employabilité de personnes en situation d’handicap a été mis sur pied, avec la collaboration de la Global Rainbow Foundation. « Depuis début 2021, nous formons ces personnes avec l’objectif d’en avoir au moins une centaine qui soient employables. Au niveau d’Accenture, nous avons pris l’engagement de recruter ces personnes », soutient-il.  

Ali Jookhun, président de l’Organisation U-Link, considère que c’est du mandat de TEDPB que de faciliter l’employabilité de ces personnes. Or, il considère que la loi datant de 1996 régissant son fonctionnement serait dépassée. « Un rapport du bureau de l’Audit avec des recommandations pour améliorer son fonctionnement a été mis au tiroir. Le Board avec ses nombreux manquements est resté dormant », déplore-t-il. Ce dernier note aussi l’accès à l’éducation et au transport comme les principales barrières pour les personnes en situation d’handicap. 

Nira Aumeer, Chief Employment Officer au ministère du Travail, parle d’un « challenge », car d’une part, toutes ces personnes ne se tournent pas forcément vers le ministère pour s’inscrire comme demandeur d’emploi.  « Dans la recherche d’un emploi, il faut aussi tenir en compte de leur handicap, leur qualification et leur profil », souligne-t-elle. 

Quant au psychologue Sarvesh Dosooye, il explique que pour beaucoup de personnes, un emploi n’est pas uniquement un moyen pour avoir un salaire, mais il contribue à l’identité de la personne qui se sent alors « utile ». 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !