Interview

Santosh Ramnauth, président de la Shop Owners Association : «Nous sommes devenus des boutiques de dépannage»

Santosh Ramnauth

Les affaires ne sont pas au beau fixe pour les boutiques du coin et autres tabagies, affectées par la concurrence venue des grandes surfaces. Tel est le constat de Santosh Ramnauth, le président de la Shop Owners Association. Entretien ! 

D’après Statistics Mauritius, seulement 9,3 % des ménages mauriciens font leurs courses dans les boutiques du coin contre 18 % en 2012. Vos commentaires ?
Ces données ne me surprennent nullement. Cela fait des années que nous observons cette tendance. La clientèle préfère faire leurs courses dans les grandes surfaces parce qu’il y a le libre-service et que les prix sont plus compétitifs. À titre d’exemple, du savon que nous achetons à Rs 60 auprès des fournisseurs se vendent à Rs 50 voire Rs 45 dans les grandes surfaces. Comment voulez-vous qu’on se batte contre cette compétition très féroce ? Du coup, les gérants des petites boutiques et tabagies se fournissent eux aussi dans les grandes surfaces où les prix sont plus avantageux plutôt que d’acheter auprès des fournisseurs directement. Quoiqu’il en soit, certaines boutiques, de plus grande superficie, continuent à s’approvisionner auprès des distributeurs.

Chaque année, une centaine de petits commerces, incluant les tabagies et boutiques du coin, mettent la clé sous le paillasson. Peut-on s’attendre au même scénario en 2019 ?
Oui ! Il faudra s’attendre à d’autres fermetures cette année. Il y a une vingtaine d’années, ce sont les boutiques qui dominaient le marché. Notre part de marché, qui était d’environ 80 % à l’époque, a chuté à 20 % aujourd’hui. Les grandes surfaces touchent de plus en plus de clients y compris parmi les petits commerces..

Comment se portent les activités des petits commerces cette année ?
Nous sommes bien évidemment affectés par la concurrence. Nous sommes devenus des boutiques de dépannage. Ceci dit, nos ventes restent satisfaisantes chaque première semaine du mois et chaque fin de mois. Et comme c’est l’été, nous écoulons aussi pas mal de boissons.

Les consultations pré-budgétaires ont déjà commencé. Quelles sont vos attentes en tant que porte-parole de la Shop Owners Association ?
Nous souhaitons qu’une seule chose : que l’heure pour la vente des boissons alcoolisées soit étendue à 20 heures contre 19 heures actuellement. Nous espérons aussi que les petits commerces continueront à ne pas payer le General Retailer Permit comme c’est le cas depuis maintenant trois ans. C’est une mesure qui nous a beaucoup soulagée.