Live News

Santé publique : Rs 150 millions par an pour le service de dialyse

1 550 patients sont en traitement pour la dialyse.

Rs 150 millions. C’est la somme que débourse le ministère de la Santé chaque année pour les sessions de dialyse des patients. Selon les derniers chiffres disponibles, ils sont au nombre de 1 550 actuellement, avec une tendance à la hausse chaque année.

Les sessions de dialyse, à raison de deux à trois par semaine, pèsent lourd dans le budget de la santé. Selon le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, Rs 150 millions sont dépensées chaque année rien que pour ce service. Ce budget est consenti pour les 1 550 personnes qui sont en insuffisance rénale et qui ont besoin de ce type de traitement pour leur survie. Il a annoncé ces chiffres lors de l’inauguration du nouveau centre de dialyse à l’hôpital de Montagne-Longue, le mercredi 3 mars. 

Dans la foulée, il a soutenu qu’un registre de malades qui souffrent de problèmes rénaux a été établi. Il vise à identifier les personnes qui commencent à avoir un problème rénal afin de pouvoir débuter leur suivi à un stade précoce. Cela va permettre de faire une planification à long terme et connaître à l’avance les patients qui vont éventuellement avoir des complications. 

Ce registre va aussi aider à planifier quand ces malades auront besoin de faire des sessions de dialyse ou même une transplantation rénale. « Le registre va permettre de mieux encadrer et gérer les personnes qui souffrent de problèmes rénaux », a affirmé le ministre Jagutpal. Selon lui, un tel registre va aussi permettre d’établir qui sont les personnes qui vont développer un problème rénal pour un suivi à long terme.  L’ouverture d’un nouveau centre de dialyse à Montagne-Longue à l’intention des 110 patients de la localité et des régions avoisinantes sera bénéfique à ceux concernés car ils n’auront plus à aller à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo à Port-Louis ou à l’hôpital SSRN à Pamplemousses, où les sessions finissaient souvent très tard en raison de la longue liste de patients. Ce qui va décongestionner ces deux établissements, tout en réduisant la liste d’attente, a soutenu le ministre Jagutpal. Pour lui, c’est un service de proximité qui est ainsi offert aux patients. 

Pour l’ouverture de cette nouvelle unité de dialyse, 20 appareils à la pointe de la technologie y ont été installés sur les 90 que le ministère de la Santé a achetés au coût de Rs 26 millions. En sus de cela, Rs 12 millions ont été déboursées pour l’installation d’une station d’épuration. Des travaux de rénovation ont également eu lieu dans le bâtiment colonial de l’hôpital.

90 appareils au coût de Rs 26 millions

Avec l’achat de 90 nouveaux appareils de dialyse, le ministère de la Santé a procédé au remplacement de ceux qui ont fait leur temps. Ces appareils tombaient souvent en panne et demandaient un entretien plus régulier. 20 de ces nouveaux appareils ont été installés à l’unité de dialyse de Montagne-Longue et les autres ont été répartis dans les autres centres de dialyse, a affirmé le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal. 

Lesjongard : « Il y a une opposition dans l’opposition »

Étaient aussi présents pour l’inauguration de cette nouvelle unité de dialyse à Montagne-Longue, le ministre de l’Énergie et des utilités publiques Joe Lesjongard, le Parliamentary Private Secretary Sharvanand Ramkaun et les députées Subhasnee Luchmun Roy et Joanne Tour. Ils ont tous eu des mots d’encouragement à l’intention du ministre de la Santé Kailesh Jagutpal. Ils ont aussi remercié les frontliners pour le travail accompli au plus fort de la pandémie de la Covid-19 à Maurice. 

Selon le ministre Joe Lesjongard, avec le soutien du Premier ministre Pravind Jugnauth, le secteur de la Santé a à cœur le bien-être de la population. « Nous savons dans quelle direction nous allons pour ce pays. Quand nous avons la responsabilité de gouverner le pays, nous devons le faire pour le bien-être de la population », a-t-il déclaré. Il a aussi été très critique envers les partis de l’opposition qui se trouvent aujourd’hui à faire « de l’opposition dans l’opposition ». 


Transplantation rénale à Maurice

L’hôpital pour la transplantation rénale en gestation depuis plusieurs années devrait bientôt se concrétiser, selon le ministre de la Santé Kailesh Jagutpal. Il a soutenu qu’une subvention de 10 millions de dollars (Rs 398 520 000) sera accordée à Maurice par le gouvernement de l’Inde. L’accord a été signé lors de la visite du ministre indien des Affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, qui était à Maurice du 21 au 24 février derniers. Cette unité pour la transplantation rénale sera installée à l’hôpital Jawaharlal Nehru à Rose-Belle. 


Vacciner entre 7 000 à 8 000 personnes par jour

Le ministère de la Santé souhaite accélérer la campagne de vaccination contre la Covid-19 afin de pouvoir vacciner entre 7 000 à 8 000 personnes par jour. Cela, pour que d’ici quelques mois, le pays puisse à nouveau ouvrir ses frontières. Mais la campagne de vaccination doit obéir à une stratégie de gestion en fonction du nombre de vaccins disponibles et en prenant en ligne de compte l’administration d’une deuxième dose après 12 semaines suivant l’administration de la première dose.  Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, 4 279 personnes ont été vaccinées le mercredi 3 mars. Ce nombre comprend 2 260 personnes âgées, 1 963 frontliners et 56 personnes avec des comorbidités. Depuis le lancement de la campagne de vaccination le 26 janvier dernier, 19 121 personnes ont été vaccinées, soit 12 291 hommes et 6 830 femmes.


La Covid-19 parmi l’une des priorités

 La gestion de la pandémie de Covid-19 sera l’une des priorités du ministère de la Santé dans le prochain budget. « Le budget sera préparé en fonction des priorités. Le budget courant va continuer à augmenter avec les dépenses en termes d’infrastructures, de nombre de personnel, d’achat d’équipements et de médicaments. Mais pour la vaccination spécifiquement, nous aurons besoin de personnel car nous ne savons pas jusqu’à quand cela va durer », a expliqué le ministre Jagutpal. Selon lui, il y a des items particuliers qui sont venus s’ajouter aux dépenses du ministère comme les tests, les quarantaines, etc. « C’est un budget sur lequel le ministère doit commencer à travailler afin d’établir nos priorités. Il est certain que la Covid-19 sera une de nos priorités en termes de santé publique », a-t-il conclut.  

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !