Actualités

Santé publique - Bose Soonarane : «C’est faux de dire que tous les appareils de dialyse fonctionnent»

Au moins cinq appareils ne fonctionnent pas au centre de dialyse de l’hôpital Dr A. G. Jeetoo, huit au Jawaharlal Nehru, quatre à Flacq, huit à Victoria et cinq à Souillac. Cela a une incidence sur les sessions qui se déroulent alors jusqu’à 22 ou 23 heures.

Pourtant, le ministère de la Santé affirme que tout va bien. Nous lui avions formulé une demande pour connaître le nombre d’appareils en panne. Selon une source proche du dossier, chaque centre de santé publique a dû fournir un rapport il y a quelques jours. Tous affirment qu’ils n’ont pas de problème et que les séances se déroulent normalement.

Ce que démentent plusieurs patients et même le secrétaire de la Renal Disease Patient Association, Bose Soonarane. « Il est faux de dire que tous les appareils fonctionnent », clame-t-il. Selon lui, chaque jour il y a des appareils de dialyse qui tombent en panne. « C’est une perte de temps de les réparer. Mieux vaut les remplacer par des équipements plus performants plutôt que de persister à vouloir les réparer », explique-t-il.
Ce que confirme un membre du personnel. « Certaines machines ont plus de 15 ans. Elles ont fait leur temps. Cela ne vaut pas la peine de réparer les équipements défectueux. Ce serait jeter de l’argent par la fenêtre. » Plusieurs sources des différents centres de dialyse indiquent que les appareils sont en panne.

Une source à l’hôpital Jawaharlal Nehru soutient le contraire, disant que toutes les machines sont en parfait état de marche. Une dizaine d’appareils neufs auraient été reçus, ce qui a permis de remplacer cinq anciennes machines mises de côté après 18 ans de service. Donc au lieu de se retrouver avec 31 machines, ce sont 26 qui sont en service, dit-il.

Selon le ministère de la Santé, 60 nouveaux appareils ont été achetés récemment. De ceux-là, 26 sont destinés au nouveau centre de dialyse de l’hôpital Jeetoo et le reste a été réparti dans les autres centres de l’île. En réponse à la Private Notice Question du leader de l’opposition le 13 novembre, le ministre Anwar Husnoo a affirmé que 148 machines sont en service dans les centre de dialyse du service public.

Il a aussi affirmé que le ministère envisage de faire l’acquisition de 75 nouvelles machines début 2019 pour le remplacement des anciennes machines, hormis 20 qui seront destinées au centre de dialyse de Montagne-Longue qui sera opérationnel en 2019.

En attendant, les patients doivent prendre leur mal en patience et composer avec les pannes quotidiennes de certaines machines, disent nos sources qui estiment que cette situation n’a que trop duré. Edley, le proche d’un patient, trouve « inadmissible que des patients aient à rentrer chez eux aussi tard après leur session ».