Actualités

Santé au travail : des soins médicaux gratuits aux travailleurs étrangers

Santé au travail Il faut s’assurer que les travailleurs ne soient pas porteurs de maladies transmissibles (VIH- dengue, tuberculose, hépatite ) dès leur arrivée.

Une association de médecins du travail ayant à cœur la santé des travailleurs étrangers verra bientôt le jour. L’initiative revient au Dr Ben Veeraragoo, qui était attaché au ministère du Travail. Il est grand temps que les travailleurs étrangers ayant plusieurs années de service bénéficient de soins médicaux, gratuits pour eux, mais aux frais du patronat et d’un plan d’assurance.

Soodesh Callichurn, le ministre du Travail, accueille favorablement cette initiative et soutient que « la santé du salarié doit être l’une des priorités de l’employeur ». « Un travailleur en bonne santé est plus productif. Si le besoin se fait sentir, nous introduirons  les changements nécessaires », a-t-il déclaré mercredi soir au Défi Quotidien. Le ministre souligne que, conformément à la loi, les travailleurs étrangers sont soumis à des examens médicaux « dans un délai maximum de deux semaines suivant leur arrivée à Maurice ».

Le Dr Ben Veeraragoo est d’avis que nombre de travailleurs étrangers ne reçoivent pas de soins médicaux, alors qu’ils les méritent de droit. Les employeurs, selon lui, devraient être contraints par la loi de leur offrir des soins gratuits.  

« Une fois l’association mise sur pied, nous soumettrons des dossiers relatifs à l’état de santé de la main-d’œuvre étrangère aux autorités concernées : ministère du Travail et celui de la Santé, entre autres. Nous réclamerons des autorités que les travailleurs étrangers soient soumis à des examens médicaux approfondis, dès leur arrivée à Maurice.»

Autre proposition de l’association au gouvernement : «Imposer aux employeurs l’obligation d’offrir aux travailleurs étrangers des facilités pour effectuer  un exament médical complet, sur une base annuelle et ce, aux frais de la compagnie. »

Le Dr Ben Veeraragoo affirme qu’un « travailleur étranger doit être traité comme les salariés locaux ».

Selon notre interlocuteur, dans leurs pays d’origine, les ouvriers étrangers ne sont examinés et soumis à une batterie de tests médicaux (radiographie pulmonaire, bilan sanguin, test d’urine, de la selle, entre autres) uniquement lors d’un recrutement. Les dossiers sont ensuite remis, par les agents recruteurs, au ministère de la Santé afin de satisfaire les conditions menant à l’obtention des permis de travail auprès du ministère du Travail. Le Dr Ben Veeraragoo soutient que ces examens sont insuffisants.

Pour rappel, le pays compte aux alentours de 40 000 travailleurs étrangers. 25 000 d’entre eux seraient d’origine bangladaise. Les ressortissants indiens se classent en seconde position, suivis des Malgaches et des Srilankais. Ces derniers opèrent principalement dans l’industrie textile, suivi du secteur de la construction, la boulangerie, l’aviculture, entre autres.

Examens médicaux au lendemain de l’arrivée

« On doit s’assurer que les étrangers soient soumis à une batterie d’examens afin de détecter s’ils sont porteurs ou non des virus du VIH ou de l’hépatite, entre autres, au lendemain de leur arrivée à Maurice. Un seul rapport médical signé par un médecin étranger est inacceptable. L’étranger doit être immédiatement rapatrié s’il est établi qu’il souffre d’une maladie grave », explique le Dr Ben Veeraragoo. Ce dernier souligne qu’outre les examens médicaux annuels, les étrangers devraient être soumis à des suivis psychologiques, du fait qu’ils sont séparés physiquement de leurs proches pendant plusieurs années.

Le syndicaliste Feizal Ally Beegun fait ressortir que les examens médicaux des travailleurs étrangers à leur arrivée à Maurice est « d’une importance capitale ». « Les étrangers ne reçoivent pas de soins médicaux ni à leur arrivée à Maurice ni durant la durée de leur contrat de travail. Le ministère de la Santé se base uniquement sur les rapports médicaux soumis par les agents recruteurs. Par le passé, des travailleurs étrangers atteints du VIH, de dengue ou   de tuberculose ont été embauchés pour opérer à Maurice. Ces derniers ont ensuite été mis en quarantaine puis rapatriés », se remémore Feizal Ally Beegun.

Le syndicaliste réclame également un plan d’assurance pour les travailleurs étrangers. « Il y a beaucoup de compagnies qui considèrent la main-d’œuvre étrangère comme des machines à sous et ne se soucient guère du bien-être de leurs salariés. », indique Feizal Ally Beegun.

Le Week-end FoU FoU FOU