Magazine

Salmah Maharaullee, de Bénévole Boutique: «Nous voulons aider ceux qui veulent sortir de la pauvreté»

Une layette à Rs 5, une chemise pour hommes à Rs 40 ou encore un pull à Rs 50. C’est ce que propose notamment Bénévole Boutique, à Eau-Coulée. Salmah Maharaullee, l’initiatrice de ce projet caritatif, soutient que l’objectif va au-delà d’un simple acte de donation. Le but, dit-elle, est d’accompagner les plus nécessiteux. « Si les vêtements étaient donnés en cadeau, beaucoup se seraient jetés dessus », lance d’emblée Salmah Maharaullee, lorsque nous lui demandons pourquoi ces habits sont vendus à des prix aussi dérisoires. Cette Curepipienne insiste sur le fait que le social n’est pas de l’assistanat. « Il s’agit d’aider les gens à sortir de la pauvreté. » [[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"19517","attributes":{"class":"media-image aligncenter size-full wp-image-33624","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"1280","height":"720","alt":"Salmah Maharaullee, de B\u00e9n\u00e9vole Boutique"}}]] Ainsi, poursuit-elle, la personne achètera uniquement si elle en a besoin. « Nous ne voulons pas que les gens fassent du gaspillage non plus », ajoute cette ancienne enseignante. Salmah Maharaullee souligne que Bénévole Boutique est un projet cher à son cœur qu’elle a mis en place en 2014. « Nous étions six femmes à faire la quête pendant le Ramadhan afin d’offrir le repas d’Eid à 50 familles. L’opération a été un succès. C’est ainsi que j’ai eu l’idée d’ouvrir cette boutique qui existe déjà en Angleterre – où j’ai fait mes études – ainsi que dans d’autres pays », raconte Salmah Maharaullee, qui s’est inspirée de ces Charity Shops. Les vêtements en vente sont issus de dons. « Nous faisons un appel aux dons, mais les vêtements et accessoires doivent être en bon état. Pas de taches, de défauts ou de déchirures. On ne veut pas que les gens viennent faire du dumping. Nous recevons aussi des vêtements neufs qui proviennent des magasins », précise-t-elle. [[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"19518","attributes":{"class":"media-image aligncenter size-full wp-image-33625","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"1280","height":"720","alt":"Salmah Maharaullee, de B\u00e9n\u00e9vole Boutique"}}]]

L’éducation: cheval de battante

L’argent récolté des ventes de vêtements de Bénévole Boutique va dans un fonds qui vise à accompagner des enfants du primaire, notamment ceux de STD V et VI, dans leurs études. « Nous souhaitons travailler la base de l’éducation de l’enfant. Qu’il puisse avoir un bon soutien avec des leçons pour réussir son CPE et poursuivre sur cette lancée au collège », indique-t-elle. L’éducation est, d’ailleurs, le cheval de bataille de Salmah Maharaullee, qui a créé, en 2005, le Student Support Group (SSG). Elle récupère la « zakat » auprès des musulmans et utilise cet argent pour payer les leçons particulières des élèves du School Certificate et du Higher School Certificate, ainsi que les fees de certains étudiants de l’université. Les critères sont, toutefois, stricts, fait ressortir notre interlocutrice. « Nous sélectionnons des enfants dont les familles n’ont pas les moyens. Mais ces derniers doivent être brillants. Ils doivent montrer leur volonté de réussir leur études», fait-elle comprendre. Les jeunes qui correspondent à ces critères, et qui ne savent pas vers qui se tourner, peuvent faire leur demande en envoyant un courriel à l’adresse e-mail suivante: [email protected]
Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !