Xplik ou K

Salle de fêtes à Belle-Vue Maurel: La polémique continue

Les résidents dénoncent la pollution sonore et autres inconvénients causés par des fêtards.
Une salle utilisée pour la célébration de mariages et autres fêtes suscite la controverse à Riverside Street, Belle-Vue Maurel. Giandeo Chacoury, le propriétaire, est intervenu sur l’antenne d’Xplik ou K vendredi dernier pour donner sa version. Il a accusé le dénonciateur, Manivassen Arnasalon, de « lui mettre des bâtons dans les roues ». Giandeo Chacoury dit avoir respecté toutes les conditions attachées à son permis d’opération obtenu en 2013. Une affirmation qui sera contredite par Radamon Beeharry, Chief Executive Officer au conseil de district Rivière-de-Rempart. Ce dernier de préciser que le permis de Giandeo Chacoury pour l’ouverture d’une salle de fêtes est assorti d’une vingtaine de conditions. Selon Radamon Beeharry, « certaines conditions spécifiques n’ont pas été respectées. Ce qui découle d’un constat établi par un de nos inspecteurs qui s’est rendu sur place. Cette situation a contraint le conseil de district à imposer des conditions supplémentaires. Outre l’absence de parking, le propriétaire est sommé d’équiper son bâtiment d’un système d’insonorisation pour éviter toute pollution sonore. Et ces mesures devront être appliquées dans un délai de trois mois.» Giandeo Chacoury de répliquer : « Couma mo pou capave met tout ça dans trois mois ? District Council pas fer so travay bien. Couma ena plainte, zot tombe lor moi. »

Les conditions rattachées au permis

Le Défi Quotidien en a fait mention dans son édition du 17 septembre. Selon le Building and Land Use Permit obtenu en 2013, de propriétaire de la salle devra, entre autres,  aménager un espace parking ; solliciter l’assistance de la police lors de chaque événement ; équiper son bâtiment d’un système d’insonorisation et stopper toute activité tapageuse à 22 heures.